Archives par mot-clé : parentalité

L’interférence parentalité-travail chez les chercheur-e-s en post-doctorat : le cas des chargé-e-s de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique en Belgique, in: Sociologie et sociétés, Vol. 47, no. 1, p. 225-248 (2015).

Barbier, Pascal ; Fusulier, Bernard.

L’interférence parentalité-travail chez les chercheur-e-s en post-doctorat : le cas des chargé-e-s de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique en Belgique.

In:Sociologie et sociétés, Vol. 47, no. 1, p. 225-248 (2015).

À partir de l’analyse d’entretiens menés auprès de jeunes chercheurs-parents, cet article met en avant les effets différenciés de la vie familiale sur la manière dont les individus voient et font leur travail. Il étudie le rapport au travail des chercheurs comme le produit de la rencontre entre une configuration familiale (ressources matérielles à disposition en vue de l’organisation quotidienne, attentes envers la vie familiale, la trajectoire familiale) et une configuration professionnelle (ressources matérielles et symboliques conférées par le milieu professionnel, trajectoires professionnelles observées par les individus, regard sur le métier et ses chances d’y faire carrière). En soulignant le phénomène d’interférence travail/famille, l’article invite à articuler l’analyse des interdépendances objectives entre ces deux milieux de vie à l’analyse de leurs interstructurations subjectives.

Continuer la lecture de L’interférence parentalité-travail chez les chercheur-e-s en post-doctorat : le cas des chargé-e-s de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique en Belgique, in: Sociologie et sociétés, Vol. 47, no. 1, p. 225-248 (2015).

Publier ou procréer, l’impossible équation des universitaires, baromètre EducPros 2015

La moitié des personnels de l’enseignement supérieur ont des difficultés à conserver un équilibre de vie satisfaisant, selon le baromètre EducPros 2015 du moral des professionnels de l’ESR. Un problème qui touche près des deux tiers des jeunes enseignants-chercheurs. Retour sur un mal systémique mais souvent tabou.

« Publier ou périr », l’adage est connu dans le milieu de la recherche. Il cache une autre réalité : « publier ou procréer », un dilemme qui tourmente la profession tout au long de la carrière. Mais ce questionnement reste souvent personnel. Beaucoup de témoins ont réclamé l’anonymat, pour ne pas se mettre un chef à dos, pour ne pas hypothéquer leurs chances avant un concours, pour ne pas avoir l’air de se plaindre. « Lors d’une de nos retraites scientifiques, un collègue a posé la question, témoigne ainsi un chercheur en informatique. Comment mener une bonne carrière de recherche sans sacrifier sa vie de famille ? C’est compliqué… »

Pour en savoir plus : Baromètre EducPros 2015 du moral des professionnels de l’ESR

Happy Hour du LISE, Être parent face aux institutions : normes, supports et résistance, Paris, CNAM, 9 juin 2015

Le LISE vous invite à son second Happy Hour qui aura lieu Mardi 9 juin 2015, de 17h à 18h30 en salle des Conseils (37-1-49) au CNAM

Pour cet événement, Fabienne Berton, Marie-Christine Bureau et Barbara Rist présenterons leurs travaux : Être parent face aux institutions : normes, supports et résistance.

« Les politiques publiques adressent aux parents une invitation, voire une injonction, à être de « bons parents » (Martin, 2014), ce qui signifie en particulier se montrer capables de réflexivité sur leurs pratiques et prêts à coopérer avec les professionnels de la petite enfance.  Nos travaux, financés par la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf), montrent que les familles répondent à cette injonction de diverses façons.
Certaines familles mettent l’accent sur l’autorité traditionnelle des parents et le savoir naturel de la mère ; d’autres s’interrogent sur leurs pratiques parentales, recherchent les conseils et sont prêts à se remettre en cause ; d’autres encore ressentent leur environnement comme hostile et leur parentalité est une lutte quotidienne pour préserver leur droit à éduquer leur enfant comme elles le souhaitent. Les résistances à la réflexivité ne débouchent pas nécessairement sur des conflits ouverts avec les institutions comme en témoignent les stratégies de composition et de contournement que pratiquent certaines familles »

A la suite de leur présentation, les animatrices échangeront avec la salle. Et les discussions se termineront autour d’un Happy Hour.

L’entrée à cet Happy Hour est libre et gratuite. Pour des raisons logistiques, il est demandé de s’inscrire à l’adresse mail suivante : audrey.lefevre@cnam.fr

 Plan pour accéder à l’Happy Hour ici