Archives par mot-clé : division sexuée du travail

La division sexuée du travail dans les couples selon le statut marital en France – une étude à partir des enquêtes Emploi du temps de 1985-1986, 1998-1999 et 2009-2010, Sciences Po Working paper, n° 3, février 2017

Le dernier numéro du Sciences Po Working Paper est en ligne sur le site de l’OFCE de Sciences po.

La division sexuée du travail dans les couples selon le statut marital en France – une étude à partir des enquêtes Emploi du temps de 1985-1986, 1998-1999  et 2009-2010

n° 3  ■  février 2017

L’objet de cet article est d’analyser le partage des tâches domestiques dans les couples selon leur statut marital, et son évolution depuis les années 1980 à partir de trois enquêtes emploi du temps de l’Insee (1985-86, 1998-99 et 2009-10). La méthode des MCO est complétée par la méthode d’appariement qui permet de tenir compte de l’auto-sélection des couples au regard de leurs caractéristiques observables dans les différentes formes d’union (mariage, union libre et pacs pour l’année 2009-10).  En 1985-86 ainsi qu’en 1998-99, le degré de division sexuée du travail était plus important dans les couples mariés que dans les couples vivant en union libre. Pour l’année 1985-86, cet écart s’explique par les différences de caractéristiques des couples vivant en union libre. En revanche, à la fin des années 1990, les couples en union libre optaient pour une organisation moins inégalitaire que celle des couples mariés toutes choses égales par ailleurs. Pour l’année 2009-10, en moyenne la part de travail domestique réalisée par les femmes est sensiblement la même qu’elles vivent en union libre ou qu’elles soient mariées (respectivement 72% et 73,5%), mais elle est significativement plus faible pour les femmes pacsées (65,1%). Ces écarts ne sont pas dus aux différences de caractéristiques observables des couples selon le type d’union. L’article montre qu’une auto-sélection des couples qui s’opèrerait sur les valeurs expliquerait cet écart : en 2009-10, le pacs attirerait les couples les plus « égalitaires », qui, avant l’introduction de l’union civile, optaient pour l’union libre.

Lire le texte intégral

La conciliation travail-famille : un paradoxe contemporain, Interventions Economiques 53 | 2015

Revue Interventions Economiques, 53 | 2015

La conciliation travail-famille : un paradoxe contemporain

Work-family articulation: a contemporary paradox
Sous la direction de Bernard Fusulier et Chantal Nicole-Drancourt
unnamed

 

20ème Congrès AISLF, CR 10 « les temps sociaux », Session(s) sur Conciliation des temps sociaux : quelles inégalités ?

20ème Congrès AISLF, Montréal (Canada), 4 au 8 juillet 2016

CR 10 « les temps sociaux »

Session(s) sur Conciliation des temps sociaux : quelles inégalités ?

Organisée par Diane-Gabrielle Tremblay (Téluq, Université du Québec) et Bernard Fusulier (Université de Louvain, Belgique)

Appel à communications

La conciliation des temps sociaux demeure un problème que nos sociétés peinent à résoudre . Il est vrai que les sociétés salariales se sont constituées en Occident autour d’une centralité de l’emploi, en secondarisant voire en rejetant dans l’inactivité nombre d’activités pourtant fondamentales pour la cohésion sociale, le bien-être et le bien commun, que l’on pense au travail parental ou à l’engagement citoyen ou communautaire. Cette partition initiale entre un travail productif et un travail reproductif s’est doublée d’une assignation sexuelle : le productif prioritairement affecté aux hommes et le reproductif aux femmes. La féminisation du marché de l’emploi de la seconde moitié du vingtième siècle n’a pas transformé pour autant le « logiciel social », et la conciliation, en particulier entre le travail (dans un sens restrictif) et la famille, est devenue un enjeu de société et une préoccupation quotidienne pour nombre d’individus.

Continuer la lecture de 20ème Congrès AISLF, CR 10 « les temps sociaux », Session(s) sur Conciliation des temps sociaux : quelles inégalités ?

Aide aux personnes âgées : un univers féminin ?, journée d’étude du Groupe Vieillissements du Réseau des Jeunes chercheurs Santé et Société

  Aide aux personnes âgées : un univers féminin ?

Appel à communication pour la journée d’études organisée par le Groupe Vieillissements du Réseau des jeunes chercheurs Santé et société


       Responsables :
Veronika Duprat-Kushtanina et Carlotta Monini

26 septembre 2014, 10h-18h
Paris 13ème

Argumentaire :
   La prise en compte du genre paraît incontournable pour comprendre le vieillissement (Arber, Ginn, 1995). La vieillesse dépendante serait un domaine essentiellement féminin. Ceci est le constat quasi omniprésent des recherches consacrées à cette question. Effectivement, les études dans différents pays révèlent une majorité féminine parmi le groupe d’âge avancé et une prépondérance des femmes parmi les aidants. Mais définir le domaine du vieillissement comme un univers exclusivement féminin serait une simplification injustifiée.
La journée que nous proposons aura pour objectif de revenir sur cette question, en interrogeant les normes, les représentations et les pratiques genrées dans les différentes configurations d’aide autour des femmes et des hommes vieillissants, dans le cadre de l’aide familiale, professionnelle ou bénévole.

Continuer la lecture de Aide aux personnes âgées : un univers féminin ?, journée d’étude du Groupe Vieillissements du Réseau des Jeunes chercheurs Santé et Société