Archives par mot-clé : conciliation travail-famille

Journée d’étude – Doctorat et vie privée : quelles articulations ? (12.12.2019, Paris)

La neuvième journée d’étude des doctorant.es du Cerlis aura pour thème cette année “Doctorat et vie privée : quelles articulations ?” . Elle se déroulera le jeudi 12 décembre 2019 en salle Claude Simon de la Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris. La journée s’articulera autour de trois thématiques :
– Être le sujet de sa thèse ?
– Vie privée, ruptures et continuités des temporalités de la thèse
– Les doctorant.es en situation de mobilité sociale, “l’enfer c’est les autres” ?

Programme

AAC Doctoriales RT 48 – Approches de l’articulation des Temps Sociaux (31 janvier 2020)

Les Doctoriales du RT48 auront lieu le 28 et 29 mai 2020 à Paris et proposent d’accompagner les travaux de publication de doctorant.e.s et/ou jeunes docteur.e.s qui travaillent sur des objets ayant trait à l’articulation des temps sociaux et aux activités qui les accompagnent à savoir : l’emploi, les activités familiales, les solidarités de proximité, les engagements civiques et politiques, les loisirs … Ces Doctoriales proposent ainsi de donner à voir l’actualité de la recherche autour de cette dimension transversale de la question sociale, qu’elle soit saisie selon des approches propres à la science politique ou à la sociologie.

Le principe de cette journée est de donner la parole à des jeunes chercheur.e.s dans un cadre bienveillant, stimulant et respectueux de la confidentialité des travaux en cours. Des premières versions d’articles ou de chapitres d’ouvrage seront ainsi discutées par des sociologues et politistes s’intéressant à ces problématiques. Les Doctoriales sont ouvertes à tout.e.s doctorant.e.s déjà avancé.e.s dans leur travail, à partir de la deuxième année de thèse et aux jeunes docteur.e.s ayant soutenu leur thèse de doctorat à partir du 1er janvier 2018.

Modalités de participation

Pour participer à cette journée, les personnes intéressées devront faire parvenir pour le 31 janvier 2020 à rt48.afs@gmail.com une note d’intention de l’article qui sera discuté en mai. Il s’agira notamment de préciser dans une proposition de 5000 à 8000 signes : le terrain empirique mobilisé, l’angle de réflexion qui sera mis en discussion, les méthodes utilisées et la place de cet article dans l’économie générale de la thèse.

Sur la base de ces propositions, les personnes sélectionnées devront envoyer la version de l’article à discuter d’ici au 4 mai 2020, date impérative afin que les rapporteur.e.s puissent faire leur travail de relecture. La proposition fera l’objet d’une discussion par deux chercheur.e.s confirmé.e.s, dont l’un est membre du bureau du RT48.

Membres du comité scientifique et d’organisation des Doctoriales du RT 48: 

  • Pascal Barbier, Maître de conférences en sociologie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CESSP
  • Myriam Chatot, Doctorante, IRIS
  • Sandrine Dauphin, Directrice de projet à l’INED
  • Bernard Fusulier, Directeur de recherches FNRS – Professeur Université catholique de Louvain (Belgique)
  • Diane Gabrielle-Tremblay, Professeure École des sciences de l’administration Université TÉLUQ (Canada)
  • Julie Landour, Maîtresse de conférences en Sociologie, Université Paris Dauphine, IRISSO
  • Barbara Lucas, Professeure Haute École de Travail Social de Genève (Suisse) 
  • Chantal Nicole-Drancourt, Directrice de recherche au CNRS, LISE
  • Ariane Ollier-Malaterre, Professeure Université Québec à Montréal (Canada)
  • Alexandra Piesen, Docteure en sociologie, CERLIS
  • Sebastián Pizarro Erazo, Doctorant, LISE – Cnam
  • Bertrand Réau, Sociologue, LISE- Cnam
  • Abdia Touahria-Gaillard, Docteure en Sociologie, Observatoire des emplois de la famille, membre associée du LISE
  • Valerya Viera Giraldo, Doctorante, LISE – Cnam

Appel à communication – “Work-family reconciliation policies, processes, and gender (in)equalities”

2018 WFRN Conference
Assumptions and Translation of Work and Family Research
June 21-23, 2018 in Washington, D.C.

 APPEL A COMMUNICATION : “Work-family reconciliation policies, processes, and gender (in)equalities” 

Over the past decade, work-family research has been increasingly concerned with exploring how policies influence the gendered division of paid and unpaid work. Although existing studies have documented some short- and medium-term effects of work-family reconciliation policies, such as parental leave or childcare provision, progress towards gender equality as a result of existing policies has been slow. Most studies have focused on broad policy indicators at the national level rather than examining specific policy designs and packages. Due to data availability, some policy areas have received more attention than others. Moreover, more evidence is needed on the processes or mechanisms through which policies or institutional contexts affect gender inequalities at the individual or household level.

This session seeks to advance the academic debate on work-family reconciliation policies and social mechanisms by exploring the conceptualization or outcomes of policies or related processes which may (or fail to) promote greater gender equality. Examples for under-researched policy aspects include inter alia employer-provided policies, legal quotas for women on advisory boards, aspects of work flexibility, or childcare quality. We are inviting proposals for presentations that conceptualize or empirically investigate either the consequences of work-family reconciliation policies or under-researched processes through which institutions may impact gender (in)equalities in paid and unpaid work. Methodologically, promising approaches for exploring policy impact and processes include longitudinal data analyses, insightful comparisons within and across countries, as well as smaller-scale program interventions.

Please send an abstract of up to 250 words along with your name/contact and affiliationby the 18th of October 2017 to  Prof. Pia Schober
Ph.D. Chair of Microsociology Department of Sociology University of Tübingen Wilhelmstrasse 36 72074 Tübingen
Phone: +49(0)7071-29-73462 Mobile: +49(0)177-3754757
Email: pia.schober@uni-tuebingen.de

Work and Family Researchers Network 

Appel à articles – Conciliation(s) (Initio)

Résumé

Le prochain numéro de la revue Initio, qui s’intéresse à la formation et à la vie au travail, portera sur la question des conciliations, variées et multiples, entre éducation, formation, emploi, famille, vie privée. Ce prochain numéro se propose ainsi d’investiguer les nombreux enjeux, individuels, sociétaux, politiques ou encore économiques, en lien avec ces différentes conciliations.

Date-limite : 15 novembre 2017

Les propositions sont à envoyer à l’adresse suivante : initio@fse.ulaval.ca

En savoir plus :
Sur hypothèse
Sur Calenda

Parution – L’articulation des temps parental et professionnel au sein des couples (Dares)

Le numéro 58 de Dares Analyse vient de paraître.

Parmi les parents « biactifs » de jeunes enfants, six sur dix travaillent tous les deux en journée, du lundi au vendredi. Une faible durée d’activité et des horaires asynchrones, qu’ils soient choisis ou subis, permettent aux parents de disposer de davantage de temps auprès de leur(s) enfant(s). Aussi, bien que les horaires décalés soient plus souvent alternants et moins flexibles que des horaires ordinaires, ils favorisent la garde parentale.

Du lundi au vendredi, entre 8h et 19h, les parents d’un enfant de moins de 3 ans qui travaillent accordent en moyenne 70 % de leur temps disponible à sa garde et jusqu’à 80 % si la mère travaille tôt en matinée ou de nuit. Les mères passent en moyenne plus de temps avec l’enfant, y consacrant les trois quarts de leur temps disponible contre moins de 60 % pour les pères.

Cependant, les pères assurent la majorité du temps de garde parentale dans trois couples « biactifs » sur dix. C’est le cas quand ils ont une faible durée de travail hebdomadaire, travaillent à domicile ou ont des horaires décalés ou alternants. Ils consacrent alors en moyenne 2h40 par jour aux enfants, ce qui reste inférieur d’une heure dix au temps accordé par les mères lorsqu’elles assurent majoritairement la garde.

En savoir plus