Archives de catégorie : Mid-term 2014

Compte-rendu

Ce sont tenues les 2 et 3 octobre 2014 à l’EHESS et au CNAM, deux journées d’études du GT48 ARTS sur le thème :

« Négocier l’articulation des temps sociaux ».

photo mid term 2014

Une vingtaine d’intervenant-e-s sont venus partager leurs analyses portant sur des sujets variés : allant de la vie d’artiste aux négociations collectives autour de la conciliation travail/famille ou à la négociation de la résidence alternée des enfants après une séparation conjugale, en passant par les expériences de parents monoparentaux, des travailleurs et travailleuses « seniors » réduisant leur temps travail pour s’occuper de leur conjoint-e malade ou parents vieillissants, des pères au foyer et des femmes « breadwinners », pour n’en évoquer que quelques-uns. Deux grandes conférences, l’une de Laurent Lesnard sur les enjeux de synchronisation/désynchronisation des temps sociaux dans les couples bi-actifs a démontré combien l’entrée par les temporalités permet de renouveler le regard sur les inégalités sociales ; l’autre de Jean-Yves Boulin, traitant des politiques temporelles dans les territoires, a mis en avant l’utilité de faire du temps une catégorie d’organisation des territoires à partir de modalités d’échanges entre une pluralité d’acteurs et d’instances publiques, privées et citoyennes afin de mieux coordonner les nécessités plurielles et les offres de service dans un bassin de vie.

Continuer la lecture de Compte-rendu

Informations pratiques

Jeudi 2 octobre : EHESS, 105 boulevard Raspail, 75006 Paris

Métro : Saint-Placide (Ligne 4) / Notre-Dame des Champs (Ligne 12)

Les ateliers se tiendront dans l’amphithéâtre François Furet.

Déjeuner en salle des Lombards, au 96 bld Raspail, prévu pour les participants

carte EHESS

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Vendredi 3 octobre : CNAM, 292 rue Saint-Martin, 75003  Paris

Métro Réaumur Sébastopol (Ligne 4)

Les ateliers se tiendront dans l’Amphithéâtre Fabry-Perot (4.0.A).

Le déjeuner aura lieu à la Mezzanine.

carte CNAM

Cliquer sur l’image pour l’agrandir

Atelier 6

Autres pays, autres formes de négociations ? L’articulation des temps sociaux à l’étranger

Vendredi 3 octobre, 11h45-13h15

Farah Asmaa (GREGO-Université Cadi Ayyad Marrakech; Université Jean Moulin Lyon 3 ) – Conciliation travail-famille au Maroc : une affaire de femmes

Caryn E. Medved (Ph.D.Baruch Collège, City Université de New York) – La Ré-Articulation vie Professionnelle/vie Familial : Les  Couples Qui Renversent les Rôles Traditionnels du Genre

 Blandine Destremau (Cnrs / Lise/Cnam) – Temps sociaux et division sexuelle des tâches à Cuba : adieu la « femme nouvelle ?

 Le projet cubain de l’ « homme nouveau » libère l’homme de l’emprise des liens de dépendance personnels, à l’égard du marché et de la famille[1]. De fait, on observe la mise en place de mécanismes multiples de décharge des familles à l’égard du soin des enfants en particulier, de façon à mettre le maximum de femmes sur le marché du travail, pour contribuer à la révolution et produire aussi une « femme nouvelle ».

MAIS :

  • Les conditions de reproduction matérielle de la famille ne sont pas suffisamment assurées par l’économie socialiste pour soulager réellement les familles de leur besoin de solidarité et de débrouille multiple ; donc un individu peut difficilement vivre sans famille, d’autant plus que les conditions de logement ne le permettent juste pas. Depuis les années 1990, le pouvoir d’achat des salaires et pensions se réduit fortement, exacerbant le besoin de famille et les dépendances familiales pour survivre ;
  • Les couples sont instables, partiellement en raison de l’histoire, partiellement en raison des migrations, et partiellement en raison de l’émancipation / individualisation des femmes à l’égard du mariage. On a donc un grand nombre de ménages plurigénérationnels mais féminins, avec une femme cheffe de famille ;
  • Dans le contexte de la crise du modèle cubain (depuis les années 1990) et des réformes qui s’en sont suivies, les institutions publiques prennent de moins en moins en charge les besoins de soins aux enfants, ferment des cantines et pensionnats, les familles sont donc de nouveau sollicitées tant pour des tâches de care que pour la débrouille de survie de personnes à leur charge;
  • Le vieillissement n’est pas prévu par les schémas de prise en charge par les services publics des besoins sociaux, donc les personnes âgées de fait restent dans des groupes domestiques ou ménages réduits en nombre d’enfants ;
  • Les schémas de relations de genre ne sont pas suffisamment transformés pour que ces besoins soient également partagés entre hommes et femmes : la décharge des tâches domestiques vers les services publics ont apparemment permis aux ménages de faire l’économie d’une transformation radicale des modes de partage, même si les carrières doubles et reconnues (notamment pour leurs revenus) ont bien changé les relations hommes / femmes quand même.

DONC : la famille (i.e. bien souvent la ou les femmes de la famille ou du ménage) est très sollicitée, et souvent surchargée, voire incapable d’assumer ce qu’on lui impute comme responsabilité ; et les personnes âgées et/ou handicapées isolées, soit totalement, soit au moins pendant la journée.  Le devoir de soin à l’égard des personnes âgées, qu’il complique la poursuite d’une carrière (absences répétées) ou se combine avec une tournant professionnel (travail en compte propre) tend à réactiver des divisions sexuées du travail héritées de la période précédente. Pour montrer différentes modalités de négociation des articulations des temps sociaux, la réflexion proposée articulera les trois niveaux d’analyse indiqués dans l’appel : macro-sociologique, institutionnel et au plan des pratiques. Elle tentera néanmoins de se positionner du point de vue de la famille, des tensions qui la traversent et des accommodements qu’elle invente. Ce travail est fondé sur quatre séjours de terrain à Cuba.

 


[1] Ici famille générique, mais plus bas soit, selon les termes de Martine Segalen, le groupe domestique ou ménage ; soit la famille élargie, qui ne partage pas nécessairement le même foyer mais œuvre en solidarité de façon plus ou moins régulière ou occasionnelle.

Atelier 5

La “conciliation” dans les négociations collectives

Vendredi 3 octobre, 9h30-11h 30

Carole Blond-Hanten (GIRSEF, Université de Louvain) – L’articulation des temps sociaux à travers la négociation collective

Au Luxembourg, les partenaires sociaux disposent d’une large marge de manœuvre pour négocier et définir les conditions de travail et ce depuis l’introduction des premiers Plans d’action nationaux1. Alors que la flexibilité est au cœur de toutes les préoccupations de l’emploi, alors que l’organisation du temps de travail ainsi que l’égalité entre femmes et hommes doivent être obligatoirement négociées dans les conventions collectives de travail, la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle semble pourtant s’imposer aux négociateurs.trices « par le bas », par la nécessité du terrain. Une analyse approfondie des résultats des négociations des partenaires sociaux, consignés dans les conventions collectives de travail, a permis non seulement de vérifier la négociation de mesures spécifiques facilitant la conciliation, comme le congé parental ou le congé pour raisons familiales, mais également d’identifier toute mesure, amorce ou tentative de la part des partenaires sociaux de négocier l’articulation des temps sociaux en « détournant » l’objectif d’origine de certaines mesures déjà existantes pour les transformer en outils potentiels de conciliation de la vie professionnelle avec la vie familiale. Si les partenaires sociaux, acteurs.trices patronaux.ales et syndicaux.ales, ont choisi les commissions de négociation pour négocier les arrangements des temps professionnels et personnels, c’est qu’ils.elles évaluent ces espaces-temps propices pour parvenir à une situation susceptible d’être satisfaisante aussi bien pour les salarié.es que pour les entreprises. « Choisir la négociation n’est pas fortuit, pas plus que cet acte n’est isolé des conditions sociales dans lesquelles il se fait » (A. Strauss, 1992). Notre contribution privilégie l’entrée par les pratiques sociales à travers l’observation des acteurs.trices collectifs.ves, notamment les partenaires sociaux qui négocient, au sein des secteurs et entreprises, les arrangements entre la vie professionnelle et la vie familiale. Dans ce contexte où la conciliation de la vie professionnelle et familiale est une réalité qui s’impose aux négociateurs.trices, où ces derniers.ières peuvent faire preuve d’une certaine créativité pour négocier ce thème et où ils choisissent la négociation collective pour arriver à un compromis, des entretiens avec les acteurs.trices de la négociation nous permettront de comprendre, au-delà des enjeux pour les organisations syndicales et patronales, leurs motivations profondes de femmes et d’hommes qui négocient l’articulation de la vie professionnelle et de la vie familiale. L’analyse des entretiens et l’analyse des conventions collectives de travail sont susceptibles d’apporter une contribution à la question transversale de l’espace de négociation en tant que réorganisation de l’ordre social, plus particulièrement de l’ordre de genre.

1 Loi du 12 février 1999 mettant en œuvre le Plan d’action national en faveur de l’emploi.

 Delphine Brochard & Marie-Thérèse Letablier (Centre d’économie de la Sorbonne, Université Paris 1). – Négociation collective et conciliation vie professionnelle/vie familiale : opportunités et défis pour l’action syndicale

Alexandra Garabige (Centre d’Etudes de l’Emploi) Loïc Trabut (Ined, CEE) – Comment négocier les temps sociaux dans une organisation contraignante ? Le cas des associations de l’aide à domicile

Cette communication porte sur le secteur de l’aide à domicile, secteur dans lequel l’articulation ou plutôt l’absence d’articulation des temps sociaux constitue un problème majeur. Les conditions de travail et d’emploi sont en effet caractérisées par une forte amplitude horaire des journées de travail, des emplois du temps morcelés et des horaires décalés, le travail le week-end auxquels s’ajoutent des emplois à temps partiels le plus souvent subis. La question se pose alors de savoir quels sont les moyens, les ressources ou encore les espaces qui permettent de négocier sur cette problématique. Pour ce faire, nous centrerons notre analyse sur le cas des associations de l’aide à domicile qui semblent a priori plus propices au déploiement de collectifs de travail et marquées par des conditions de travail et d’emploi moins dégradées que ne l’est l’emploi direct1. L’hypothèse que nous défendons est celle en vertu de laquelle ces organisations font face à une double contrainte — la relation de service qui implique une grande flexibilité et des horaires décalés ; les injonctions des pouvoirs publics chargés de la prise en charge de l’aide sociale qui tendent à contracter les temps d’intervention et ainsi renforcer le morcellement des emplois du temps — qui réduit les marges de manœuvre des associations en matière d’organisation du travail. Dès lors, la négociation sur l’articulation des temps sociaux se limite dans ces organisations essentiellement à des formes d’arrangement entre collègues et des négociations locales au quotidien avec les responsables. Dans ce cadre, les représentants syndicaux exercent surtout une activité d’information des droits et de soutien aux salariés, mais ils utilisent aussi le niveau de la branche pour mener des actions auprès des acteurs politiques (nationaux et territoriaux) pour tenter de peser sur l’amélioration des conditions d’emploi et de travail. Cette communication prend appui sur deux enquêtes. L’une, réalisée de 2009 à 2010 dans le cadre d’une monographie associative, permet de comprendre l’organisation du travail et la production du service dans une association d’aide à domicile. Nous avons collecté l’ensemble des emplois du temps des salariés de l’association, sur deux semaines. Ces données nous permettent de comprendre les contraintes associées à l’organisation du temps de travail et la faible marge de négociation en replaçant la structure de production dans son contexte administratif. La seconde enquête, réalisée en 2013-2014 sur le secteur de l’aide à domicile dans un bassin d’emploi, offre la possibilité d’observer, à partir d’une entrée syndicale, les marges de manœuvres des salariés dans la négociation. Elle permet de décrire les différentes mobilisations dans un contexte de contraction budgétaire et les modalités d’action mises en place par ces salariés aussi bien au sein du collectif de travail qu’aux différents niveaux politiques. Après une introduction rappelant notre problématique et terrain d’enquête, une première partie reviendra sur les données relatives aux conditions d’emplois et de travail dans le secteur et associations étudiées au regard de la flexibilité du temps de travail. Une deuxième partie présentera la double contrainte évoquée (relation au public et injonction des pouvoirs publics) comme facteur explicatif à la faible prise en compte de l’articulation des temps sociaux. Une troisième partie mettra enfin au jour les formes de négociation locale et d’arrangement que mettent en place les salariés au quotidien, en insistant sur le rôle des représentants du personnel. On verra que l’aide à domicile n’est pas propice au syndicalisme d’entreprise, la mobilisation collective s’exerçant plutôt au niveau de la branche.

Florence Loisil (ANACT) – Pour une approche organisationnelle des compromis temporels

Les questions de conciliation des temps restent le plus souvent réduite à l’équation vie professionnelle – vie familiale, cantonnée à des dispositifs d’aménagements individuels du temps de travail ou de services divers visant à faciliter la vie quotidienne. Dans cette logique, les besoins des salariés en matière de conciliation s’expliqueraient d’abord par des choix personnels. Leurs « petites affaires individuelles » seraient à gérer en marge des choix d’organisation du travail des entreprises. Longtemps sous-estimées par les acteurs sociaux, les questions de conciliation gagnent en intérêt par une conjonction de facteurs : l’injonction faite aux entreprises de s’impliquer davantage dans des mesures de soutien à la parentalité et de promotion de l’égalité hommes-femmes, la montée des exigences de la vie familiale ; mais aussi la persistance, voire le développement de phénomènes tels que les horaires atypiques avec des effets délétères et à long terme sur la santé, l’absentéisme, le stress, les risques psychosociaux, la baisse de la qualité de service, l’affaiblissement des collectifs, les difficulté de gestion des plannings pour les managers… D’une part, les salariés ressentent de plus en plus de difficultés à tenir leurs responsabilités professionnelles et personnelles. D’autre part, les entreprises peinent à gérer les tensions entre les exigences de performance et de qualité de service, les enjeux de santé au travail et de maintien en emploi. L’articulation des temps sociaux se renouvelle donc bien en tant que sujet prioritaire. L’approche organisationnelle des compromis temporels prend à contrepied la logique de la primauté individuelle dans la conciliation des temps. Face à des contraintes renforcées, les entreprises privilégient des formes flexibles d’organisation du travail et du temps de travail, qui conduisent à des horaires de travail atypiques, des durées de travail difficiles à évaluer, des charges de travail souvent trop intenses, d’un sentiment d’injustice entre les salariés. L’approche organisationnelle des compromis temporels met en perspective les contraintes liées aux transformations des marchés, des entreprises, des attentes des salariés, des caractéristiques des territoires, et questionne leur pertinence. L’enjeu est de trouver de meilleurs ajustements entre les objectifs de performance, les modes d’utilisation des équipements ou de réalisation des services, l’offre commerciale et les choix d’organisation du travail. L’analyse de cas d’entreprises montrera comment cette approche permet d’ouvrir de nouvelles pistes de travail face aux dysfonctionnements, pour réduire l’absentéisme, mieux prévenir le stress et les RPS, soutenir la qualité de service, améliorer la cohésion des collectifs, aider les managers dans la gestion des plannings et des remplacements… A partir des cas, il s’agira également de donner des points de repère pour mieux investir les possibilités proposées par l’accord national interprofessionnel du 19 juin 2013 relatif à la qualité de vie au travail sur les questions d’égalité, de conciliation, de négociation et de performance.

 

Atelier 4

Petits et grands arrangements en famille(s) (2)

Jeudi 2 octobre, 16h-17h00

 Myriam Chatot (EHESS) – Les pères au foyer : lorsque les hommes endossent la charge de l’articulation vie professionnelle/vie familiale

De nombreux travaux universitaires ont montré que dans les couples hétérosexuels, ce sont presque toujours les femmes qui endossent la responsabilité de concilier la prise en charge de la gestion du foyer et des enfants, et l’exercice d’une activité professionnelle (ou sa cessation au profit du foyer). Cependant, dans une minorité de couples, ce sont les hommes qui se retirent de la sphère professionnelle afin de prendre en charge le travail domestique. Comment les conjoints négocient-ils l’articulation entre temps professionnel, familial et personnel lorsque l’homme est au foyer ? A partir d’une enquête par entretiens semi-directifs menés auprès de 23 pères n’ayant pas exercé d’activité salariée pendant au moins six mois, vivant en couple avec une femme active occupée sur le plan professionnel1 et un ou plusieurs enfant(s), je propose une intervention axée sur les négociations au sein de ces couples concernant cette division sexuée du travail originale, la répartition du travail domestique et l’articulation entre temps familial et temps personnel. Dans un premier temps, nous interrogerons la négociation du retrait du monde du travail du père au foyer. Les pères rencontrés ont été unanimes : la décision que le père se retire du marché du travail pour s’occuper du foyer et des enfants a fait l’objet d’un consensus. Dans la majorité des cas, les pères désiraient s’arrêter et les mères voulaient conserver leur activité professionnelle. Ainsi, l’entrée dans une situation où c’est l’homme qui assure la gestion du foyer et de la famille ne semble pas faire l’objet de négociations, mais manifeste au contraire un accommodement à une situation de fait, où l’homme a une carrière moins prestigieuse et moins satisfaisante que celle de sa conjointe. Cependant, comme nous l’évoquerons, dans quelques cas, un des conjoints a pu faire pression sur l’autre pour que le père reste au foyer. Dans un second temps, nous nous intéressons à la répartition du temps de travail domestique entre conjoints. En effet, si pour de nombreux pères (et leurs conjointes), le fait d’être au foyer devrait aller de pair avec une prise en charge de l’intégralité ou presque des tâches ménagères et d’une majorité des tâches parentales, nous montrerons que les pères parviennent à se ménager des marges de manœuvres afin de se décharger d’une partie des tâches qui leur déplaisent ou pour lesquelles ils ne se déclarent pas compétents. Nous aborderons également la question du rapport au temps quotidien des pères au foyer. Enfin, dans un troisième temps, nous aborderons la question de la négociation du temps personnel ou des activités de chacun des conjoints en fonction des désirs, des disponibilités mais aussi des ressources financières de chacun. Nous verrons également que les pères s’adaptent à l’ordre genré en se ménageant du temps pour des activités masculines, tandis que les mères allouent en priorité le temps qu’elles ne consacrent pas à leur activité professionnelle à des activités familiales. En conclusion, nous reviendrons sur les difficultés qu’a le chercheur à accéder aux processus de négociations qui ont lieu dans la famille, et sur le caractère peut-être trompeur de ce terme dans le cadre du couple. En effet, comme le soulignent Bessin et Levilain, « parler de négociations ne doit pas conduire à voir une production rationnelle et froide des décisions partagées. Elles prennent aussi souvent la forme de rapports de force, de décisions imposées ou arrachées. ».

Benoît Hachet (IRIS Paris) – Négocier les temps de résidence alternée des enfants après une séparation ou un divorce

La séparation conjugale, quand elle concerne des enfants, est un événement privilégié pour penser l’articulation des temps sociaux. Il s’agit pour les parents de décider des modalités de partage du temps de présence des enfants et de le rendre compatible avec les autres temps sociaux. Moment de recomposition identitaire, la séparation est aussi un moment de recomposition temporelle. Comment se négocient les temps de la résidence alternée des enfants ? Se concentrer sur la résidence alternée – qui n’est pas toujours un partage égalitaire du temps – offre plus de possibilités de choix dans l’organisation que la garde classique accordant un week-end sur deux et la moitié des vacances au père. Si la résidence principale chez la mère concerne toujours 71% des décisions de justice post séparation, la résidence alternée augmente depuis 2002 pour s’établir à 17% aujourd’hui. Loin d’être majoritaire, la résidence partagée est néanmoins devenue une figure stabilisée de l’après séparation en France, en particulier dans les milieux sociaux moyens et supérieurs. La négociation des temps de la résidence alternée met en relation des acteurs autour d’une problématique. Les acteurs principaux sont les parents qui « discutent » dans un cadre plus ou moins conflictuel. Ils parviennent seuls à des compromis, peuvent être éclairés ou aidés par des professionnels du secteur médico-social ou des médiateurs familiaux, ou se plient aux décisions de la justice. La problématique concerne l’articulation des temps de résidence des enfants dans chaque domicile, ce qui nécessite de déterminer la durée des phases avec ou sans enfant, la fréquence de rotation, le moment et les conditions de la transition. Les temps de l’alternance, en plus de la coordination en miroir des parents, doivent s’articuler aux temps professionnels, aux temps scolaires et éventuellement aux temps des recompositions familiales. Les décisions prises au moment de la séparation peuvent être modifiées dans la durée en fonction de la survenance de différents événements. La méthodologie retenue pour répondre à ces interrogations croise les entretiens et l’observation. Les entretiens menés depuis 2012 avec une vingtaine de parents qui pratiquent (ou ont pratiqué) la résidence alternée permettent d’éclairer les organisations en place et leurs évolutions éventuelles. Ces parents ont été recrutés par le bouche à oreille surtout à Paris et en banlieue parisienne mais pas seulement. Ils sont représentatifs des classes moyennes et supérieures. Si les entretiens permettent de revenir sur la mise en place de l’alternance, ils ne permettent pas d’accéder à la négociation en train de se faire. L’observation de séances de médiation familiale permet d’assister aux négociations sur le partage du temps des enfants. Si toutes les médiations observées ne conduisent pas à la mise en place qu’une résidence en alternance des enfants, elles permettent néanmoins d’être attentif à la nature des arguments échangés, aux contraintes ou impossibilités évoquées ainsi qu’au processus même de la médiation et à la place du médiateur dans le déroulement des séances. Cette observation, débutée en février 2014 dans un centre parisien et dans un centre du Val d’Oise de médiation familiale est prévue jusqu’au mois de juin 2014.