Archives de catégorie : Actualités du réseau

Parution – L’articulation des temps parental et professionnel au sein des couples (Dares)

Le numéro 58 de Dares Analyse vient de paraître.

Parmi les parents « biactifs » de jeunes enfants, six sur dix travaillent tous les deux en journée, du lundi au vendredi. Une faible durée d’activité et des horaires asynchrones, qu’ils soient choisis ou subis, permettent aux parents de disposer de davantage de temps auprès de leur(s) enfant(s). Aussi, bien que les horaires décalés soient plus souvent alternants et moins flexibles que des horaires ordinaires, ils favorisent la garde parentale.

Du lundi au vendredi, entre 8h et 19h, les parents d’un enfant de moins de 3 ans qui travaillent accordent en moyenne 70 % de leur temps disponible à sa garde et jusqu’à 80 % si la mère travaille tôt en matinée ou de nuit. Les mères passent en moyenne plus de temps avec l’enfant, y consacrant les trois quarts de leur temps disponible contre moins de 60 % pour les pères.

Cependant, les pères assurent la majorité du temps de garde parentale dans trois couples « biactifs » sur dix. C’est le cas quand ils ont une faible durée de travail hebdomadaire, travaillent à domicile ou ont des horaires décalés ou alternants. Ils consacrent alors en moyenne 2h40 par jour aux enfants, ce qui reste inférieur d’une heure dix au temps accordé par les mères lorsqu’elles assurent majoritairement la garde.

En savoir plus

Les modes d’accueil des jeunes enfants : des politiques publiques à l’arrangement quotidien des familles, Revue française des affaires sociales, n°2, juillet 2017

Le dernier numéro de la revue française des affaires sociales est paru, comportant un dossier thématique sur les modes d’accueil des jeunes enfants.

Les modes d’accueil des jeunes enfants : des politiques publiques à l’arrangement quotidien des familles

n° 2  ■  juillet 2017

Présentation :

Le numéro d’avril-juin 2017 de la Revue française des affaires sociales comprend tout d’abord un dossier très approfondi sur « Les modes d’accueil des jeunes enfants : des politiques publiques à l’arrangement quotidien des familles », coordonné par Marie‑Clémence Le Pape, Jacques Bellidenty, Bertrand Lhommeau et Émilie Raynaud. Trois éléments de cadrage aideront le•la lect•eur•rice à mieux connaître d’une part les enquêtes de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) relatives aux modes de garde et d’accueil des jeunes enfants et à la protection maternelle et infantile, d’autre part le fichier localisé des utilisateurs d’établissements d’accueil du jeune enfant de la Caisse nationale des allocations familiales (CNAF). Ils sont suivis de douze articles répartis en trois axes : « La déclinaison des politiques nationales en dispositifs locaux » ; « Articuler vie familiale et vie professionnelle : des aspirations des parents aux arrangements quotidiens » et « Confier son enfant, accueillir des enfants : les professionnel•le•s face aux parents ». Cinq personnalités livrent ensuite leur point de vue : Bertrand Fragonard, Claude Martin, Bertrand Geay, Anne-Lise Ulmann et Sylviane Giampino. Le dossier se clôt sur le compte-rendu du colloque « Petite enfance : regards croisés sur les modes d’accueil des jeunes enfants » organisé par la DREES le 15 novembre 2016 et sur le rappel de l’appel à contribution.

Le dossier est suivi d’un article hors thème de Cyprien Avenel abordant les enjeux et les impacts de la réforme territoriale sur la mise en oeuvre des politiques sociales locales.

Le contenu de ce numéro est disponible sur Cairn.

Bousculement du régime temporel fordiste : reconfiguration des temps, reconfiguration des pouvoirs

L’Association Française de Sociologie (AFS) organise son prochain Congrès à l’Université de Picardie Jules Vernes Amiens du 3 au 6 juillet 2017 sur le thème : Sociologie des pouvoirs, pouvoirs de la sociologie.

Le Réseau ARTS (GT48) participera à ce congrès en organisant une série de sessions autour du thème suivant :

Bousculement du régime temporel fordiste : reconfiguration des temps, reconfiguration des pouvoirs

Le régime temporel qui est toujours de référence renvoie au compromis fordiste de la société salariale qui articule un modèle d’organisation productif à un modèle d’organisation reproductif, le tout coiffé d’un système de protection sociale qui en soutient la cohérence. Ce régime temporel prévoie notamment une alternance entre le travail et le hors-travail, à l’échelle de la journée et à l’échelle du cycle de vie. Or, ce régime semble en passe d’être remis en cause dans les sociétés occidentales contemporaines : développement des horaires atypiques, de « l’uberisation du travail », du travail au forfait et des politiques d’aménagement et de réduction du temps de travail, sans compter la revendication ou le besoin de certains de l’aménagement de leur vie professionnelle en fonction des impératifs de la vie privée… Pris dans cette dynamique de reconfiguration/réorganisation, comment s’articulent aujourd’hui les temps de vie ? Comment s’y reconfigurent les pouvoirs ?

Le réseau ARTS, dont la base problématique passe par l’affirmation d’un détour nécessaire par le hors travail, la combinaison des temps sociaux et la relation Travail/Famille pour saisir les conditions de travail des hommes et des femmes, propose donc de se pencher sur cet espace de réflexion en consacrant ses sessions du congrès 2017 de l’AFS au thème suivant: « sociologie des pouvoirs, pouvoir de la sociologie  ». En ligne avec la problématique générale de ce congrès, il sera aussi question d’aborder ce thème à la lumière du basculement des frontières du travail et du hors-travail.

Vous trouvrez dans cette section toutes les informations concernant cet événement.

Prendre soin et gagner sa vie : normes, pratiques, inégalités

Vous trouvez ici toutes les informations concernant le mid-term 2016 du réseau ARTS

En partenariat avec l’EHESS et le CNAM

Journée d’études du RT48 ARTS de l’AFS

Prendre soin et gagner sa vie : normes, pratiques, inégalités

6 et 7 octobre 2016
à l’EHESS

Comité d’organisation : Pascal Barbier (CESSP-CSE), Myriam Chatot (IRIS), Bernard Fusulier (Université Catholique de Louvain –FNRS), Morgan Kitzmann (GEMASS), Julie Landour (Centre Georg Simmel), Séverine Mayol (GRHAPES), Chantal Nicole-Drancourt (LISE), Alexandra Piesen (CERLIS)

Ces journées s’organisent dans le cadre de la journée annuelle de rencontre du réseau Articulation vie professionnelle /vie familiale et Recomposition des Temps Sociaux (ARTS) de l’AFS. Le réseau ARTS s’atèle à penser les voies de progression possibles vers un rééquilibrage des engagements d’activité tout au long de la vie qui soient plus justes, plus soutenables et non genrés. Au croisement de différents champs sociologiques (travail, genre, famille, action publique, temps sociaux…), les niveaux d’analyse des travaux au sein du réseau sont divers et privilégient soit une « entrée macro-sociologique » (qui interroge les effets des grandes transformations sociales, économiques et culturelles sur l’organisation des temps sociaux et des temps de vie) soit une « entrée institutionnelle » (celle des réponses apportées en termes de politiques publiques nationales, comparatives et/ou internationales), soit une « entrée pratiques sociales » à travers l’observation des acteurs collectifs ou individuels (les entreprises et les milieux professionnels, les individus, leurs parcours et les arrangements intra-familiaux). La journée annuelle du réseau Arts 2016 aura pour thème : Prendre soin et gagner sa vie : normes, pratiques, inégalités.

L’interférence parentalité-travail chez les chercheur-e-s en post-doctorat : le cas des chargé-e-s de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique en Belgique, in: Sociologie et sociétés, Vol. 47, no. 1, p. 225-248 (2015).

Barbier, Pascal ; Fusulier, Bernard.

L’interférence parentalité-travail chez les chercheur-e-s en post-doctorat : le cas des chargé-e-s de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique en Belgique.

In:Sociologie et sociétés, Vol. 47, no. 1, p. 225-248 (2015).

À partir de l’analyse d’entretiens menés auprès de jeunes chercheurs-parents, cet article met en avant les effets différenciés de la vie familiale sur la manière dont les individus voient et font leur travail. Il étudie le rapport au travail des chercheurs comme le produit de la rencontre entre une configuration familiale (ressources matérielles à disposition en vue de l’organisation quotidienne, attentes envers la vie familiale, la trajectoire familiale) et une configuration professionnelle (ressources matérielles et symboliques conférées par le milieu professionnel, trajectoires professionnelles observées par les individus, regard sur le métier et ses chances d’y faire carrière). En soulignant le phénomène d’interférence travail/famille, l’article invite à articuler l’analyse des interdépendances objectives entre ces deux milieux de vie à l’analyse de leurs interstructurations subjectives.

Continuer la lecture de L’interférence parentalité-travail chez les chercheur-e-s en post-doctorat : le cas des chargé-e-s de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique en Belgique, in: Sociologie et sociétés, Vol. 47, no. 1, p. 225-248 (2015).