20ème Congrès AISLF, CR 10 « les temps sociaux », Session(s) sur Conciliation des temps sociaux : quelles inégalités ?

20ème Congrès AISLF, Montréal (Canada), 4 au 8 juillet 2016

CR 10 « les temps sociaux »

Session(s) sur Conciliation des temps sociaux : quelles inégalités ?

Organisée par Diane-Gabrielle Tremblay (Téluq, Université du Québec) et Bernard Fusulier (Université de Louvain, Belgique)

Appel à communications

La conciliation des temps sociaux demeure un problème que nos sociétés peinent à résoudre . Il est vrai que les sociétés salariales se sont constituées en Occident autour d’une centralité de l’emploi, en secondarisant voire en rejetant dans l’inactivité nombre d’activités pourtant fondamentales pour la cohésion sociale, le bien-être et le bien commun, que l’on pense au travail parental ou à l’engagement citoyen ou communautaire. Cette partition initiale entre un travail productif et un travail reproductif s’est doublée d’une assignation sexuelle : le productif prioritairement affecté aux hommes et le reproductif aux femmes. La féminisation du marché de l’emploi de la seconde moitié du vingtième siècle n’a pas transformé pour autant le « logiciel social », et la conciliation, en particulier entre le travail (dans un sens restrictif) et la famille, est devenue un enjeu de société et une préoccupation quotidienne pour nombre d’individus.

Un premier niveau de questionnement pour cet appel porte alors sur les grandes transformations contemporaines (démographiques, économiques, politiques, culturelles, technologiques…) qui pèsent sur les possibilités des personnes et des ménages de concilier leurs différentes sphères d’implication, ainsi que sur les effets reproducteurs ou transformateurs des sociétés salariales (mais aussi d’autres sociétés moins constituées autour du rapport salarial), et des conséquences sur la division sexuée du travail (productif et reproductif). De façon provocatrice, à travers l’étude de l’enjeu de la conciliation, assistons-nous à la lente émergence d’une nouvelle formation sociale, symétrisant mieux les différentes activités socialement utiles tout en réduisant les assignations sexuelles (le scénario d’une société multi-active), ou au contraire à une fragilisation grandissante des populations dans des sociétés salariales qui n’arrêtent pas de s’effriter et de se polariser ?

En lien avec les modifications des normes et des pratiques, des politiques publiques ou privées se sont déployées ces dernières décennies en poursuivant directement ou indirectement un objectif de conciliation, soit en termes de services offerts (accueil à la petite enfance, titres/chèques service, télétravail…) ou de politiques temporelles (régulations du temps de travail, congé parental, congé-éducation, crédit-temps,…). Ces politiques sont variables en fonction des régimes d’Etats sociaux et des régimes de genre. Dans cette perspective, l’analyse spécifique de ces politiques et dispositifs est la bienvenue ainsi que des comparaisons internationales. Par ailleurs, est-ce que la crise de 2008 et les mesures dites d’austérité qui s’en sont suivies affectent ces politiques et donc la capacité des individus à articuler leurs temps sociaux ? Certaines catégories de la population sont-elles plus directement touchées par ces mesures ? Cette dernière question, ouvre alors une interrogation sur les inégalités sociales et de genre face aux dispositifs de conciliation ?

 En outre, certains milieux professionnels sont aussi plus favorables à des formes de conciliation que d’autres. Il en découle une série de questions sur les cultures, les politiques d’entreprise, les formes d’organisation du travail, la gestion de l’emploi au sein des milieux professionnels. Autrement dit, que nous apprennent les travaux sur l’articulation des temps sociaux à partir des entreprises, des organisations et professions ? Quelles inégalités sociales et de genre s’observent à travers ces analyses ?

Cet appel invite donc à analyser les évolutions contrastées dans divers pays, à réfléchir à la transformation ou à la reproduction (malgré des tentatives de correction) du « logiciel social », à comparer les situations des hommes et des femmes, de divers groupes professionnels ou de différentes classes sociales. Considérant que la période actuelle demeure marquée par l’impact de la crise financière de 2008, il s’agit aussi de voir en quoi elle accentue (ou pas) les inégalités sociales en matière de conciliation. Nous voulons aussi analyser les origines ou causes des évolutions différenciées, qu’il s’agisse des politiques familiales, politiques d’emploi, politiques d’égalité de genre, ou encore des pratiques des entreprises en matière de gestion des temps de travail, pratiques qui sont souvent différenciées selon le genre. Des approches quantitatives ou qualitatives qui partent des individus et de leurs « propriétés sociales » (position dans le parcours de vie, sexe, origine sociale et biographie, situation privée…) pour comprendre leur expérience de la conciliation ou des conflits temporels, et des inégalités qui en découlent sont également de prime importance.

En somme et sans être exhaustif, sont attendues dans ces sessions des propositions de communications sur les thèmes suivants:

– les évolutions des temps sociaux et de conciliation travail-famille dans des sociétés données

– les politiques publiques

– les pratiques des entreprises et les régulations professionnelles

– les comparaisons internationales

– les diagnostics sur les effets de la crise et des difficultés financières sur les politiques familiales et politiques de conciliation des divers pays

– les effets sur la participation des femmes et des mères au marché de l’emploi, leurs heures de travail (temps plein, partiel, réduit)

– les inégalités sociales en matière de conciliation.

Envoi des propositions de communications (6000 signes, max.) aux deux coresponsables des sessions : diane-gabrielle.tremblay@teluq.ca et bernard.fusulier@uclouvain.be, ainsi qu’à thoemmes@univ-tlse2.fr (coresponsable avec Diane-Gabrielle Tremblay du CR 10) pour le 10 décembre , et mise en ligne sur le site du congrès de l’AISLF pour le 15 janvier au plus tard: http://congres2016.aislf.org


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search