Pour une reconnaissance du care dans des sociétés de pleine activité, Revue des Sciences Sociales, n° 52, p. 110-17

Auteur(s) : Chantal Nicole-Drancourt, Cnrs (UMR 5262) Laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique (Lise), CNAM Paris

Nicole-Drancourt Chantal, « Pour une reconnaissance du care dans des sociétés de pleine activité ? », Revue des Sciences Sociales, 2014 (n° 54), p. 110-117.

Le care est aujourd’hui « en crise », une crise alimentée par deux mouvements : d’une part l’alourdissement régulier des charges liées à la production du bien être et à l’accompagnement des individus ; et d’autre part le rétrécissement de la « disponibilité permanente » des femmes actives. Ces deux mouvements s’alimentent et renforcent une crise qui s’affiche à travers de multiples expressions : des insatisfactions (celles des femmes actives ou inactives sur qui repose l’essentiel de l’exercice du care) ; des critiques (celles de l’opinion publique sur la qualité des soins aux usagers) ; des malaises (ceux des prestataires de care à la recherche d’identités professionnelles et de meilleures conditions de travail) ou des alertes (celles de certains pays devant l’effondrement de leur taux de natalité, devant la pauvreté des mères, isolées ; devant la baisse des taux d’activité des femmes ou devant le délaissement d’enfants dont les mères sont captées par le care marchand ).

Depuis deux décennies et dans l’ensemble des sociétés salariales, des réponses à la « crise du care » se développent mais sans qu’une réelle vision de long terme se distingue encore nettement. Dès lors la question se pose de savoir vers quelle sorte de rééquilibrage de l’ordre des choses nous allons et si, dans le sillage des politiques qui s’approprient la question sociale, nous avançons vers une véritable « société du care » (Tronto 1993) entendue comme celle qui accorde au « prendre soin » non seulement la place que cette activité mérite mais aussi la prise en charge que le « prendre soin » mérite et ce, en accordant à l’ensemble des acteurs (hommes, femmes, institutions) un droit à l’exercice et à la reconnaissance de cette activité.

C’est dans ce chantier collectif que s’inscrit l’argumentaire de cet article qui propose modestement d’en traiter un des aspects à travers une question : quel mode de reconnaissance du care semble aujourd’hui se profiler en matière de rééquilibrage et d’organisation plus juste et plus équitable de sa prise en charge entre les hommes et les femmes ? Partant d’un postulat constructiviste, nous chercherons à mettre en évidence les arrangements qui fondent les modes de reconnaissance du care dans les sociétés salariales classiques ; puis nous nous interrogerons sur les voies de progression empruntées, notamment en France, vers une nouvelle place du care et de sa prise en charge dans l’organisation des sociétés à venir.

L’intégralité de l’article est accessible ici


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *