Tensions autour de la conciliation travail/famille : l’enfant ELFE à l’épreuve du régime temporel contemporain

Auteur(s) : Fabienne Berton et Chantal Nicole-Drancourt, Laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique (Lise), Bernard Fusulier, Groupe interdisciplinaire de Recherche sur la Socialisation, l’Education et la Formation (Girsef)

Communication au colloque New Frontiers for Citizenship at Works / Les nouvelles frontières de la citoyenneté au travail. Workshop / atelier 2.5 Conciliation travail-famille : vers un nouveau régime temporel ? / Work-Family Balance: Toward a New Time Regime?, May 2014, Montréal, Canada

Abstract : Nous illustrons l’hypothèse de l’émergence de nouveaux régimes temporels (Nicole-Drancourt, 2009) à travers la situation actuelle de la conciliation travail/famille en France (Chardon et Daguet, 2008). Nous aborderons l’analyse en termes de tensions autour de la conciliation : quelles tensions se font jour ? Où se situent-elles ? Qui est particulièrement touché ? Nous choisissons de nous intéresser aux couples bi-actifs après la naissance d’un deuxième ou d’un troisième enfant. C’est en effet pour cette population que les tensions autour de la conciliation travail/famille pourraient a priori être les plus fortes. Inscrite dans les travaux de l’ANR Veniromond (2012-2015) basée sur l’exploitation des données de la cohorte ELFE (Etude Longitudinale Française depuis l’Enfance) qui prévoit de suivre les enfants durant 20 ans (Pirus et al., 2010) , cette communication sera la première occasion de présenter les données recueillies aux 2 mois du bébé auprès de 20 000 parents ou tuteurs d’enfants nés en 2011. A cet âge du bébé, les femmes en France sont encore en congé de maternité, mais l’enquête recueille les intentions et les aspirations des pères et des mères en termes de reprise du travail, modalités de cette reprise, volonté de prendre un congé parental, mode de garde souhaité pour le bébé, implications de la famille élargie…

L’exploitation visera à construire des indicateurs de tension principalement temporelle, tels que les parents les énoncent, autour de la conciliation entre le travail et la famille et à l’intérieur du ménage pour le partage des tâches ménagères et des soins au bébé. A titre d’exemple, des travaux montrent que depuis longtemps en France, les congés parentaux sont avant tout pris par des femmes qui perçoivent de bas salaires (Crenner, 2011). Plus récemment et dans un contexte d’intensification du travail, voire de stress, des recherches qualitatives montrent l’usage des congés parentaux comme d’un refuge par des mères de haut niveau de qualification (Garcia, 2011), liberté que les hommes dans les mêmes conditions d’emploi ne s’autorisent pas à prendre. Ces éléments ne vont clairement pas dans le sens d’une conciliation équitable en termes de genre, mais au prisme d’une observation fine et exhaustive, qu’en est-il exactement ? Quelles sont les intentions des familles dont les deux membres travaillaient jusqu’alors ? Comment se déclinent ces intentions selon les niveaux de ressource, les catégories sociales et les professions ? Qui « choisit » de travailler à temps partiel pour garder ses enfants ? Qui « choisit » de prendre un congé parental ? Qui « choisit » de se retirer du marché du travail ? Qui exprime l’incompatibilité des horaires entre ceux de son travail et ceux des modes de garde ? Qui exprime les meilleurs degrés de satisfaction par rapport au climat conjugal depuis la naissance du bébé et par rapport aux activités quotidiennes au sein du ménage ? L’exploitation de ces premières données permet de mesurer le degré d’adéquation des pratiques aux nouveaux outils mis à disposition des ménages.

Accéder à la communication en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/LISE-CNRS/hal-01116423v1


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *