Sortir du dilemme travail – famille. Tribune de Bernard Fusilier et Chantal Nicole-Drancourt dans le journal Libération

LIBÉRATION, TRIBUNE, 27 OCTOBRE 2014

«Les deux tiers des Autrichiennes s’arrêtent de travailler pendant trois ans, dès l’arrivée de leur premier enfant, et quel que soit leur milieu social ou leur niveau d’éducation», pouvait-on lire dans un article intitulé «Les Autrichiennes repassent à la maison» (Libération du 22 octobre).

Le retour de la mère au foyer fait débat en Autriche et pose la question toujours d’actualité : comment concilier une vie professionnelle avec une vie familiale sans s’y épuiser. Cette question, posée en termes de domination masculine, doit être resituée par rapport aux grands «principes» qui ont guidé l’organisation des sociétés salariales «inventées» à la fin du XIXe siècle et au cours du XXe siècle. La société française, contrairement à ce que semble penser l’éditorialiste Angelika Hager citée dans l’article, n’y échappe pas. En effet, comme les autres, elle s’est historiquement constituée autour de trois référentiels :

– un «référentiel d’emploi» où le salarié offre sa productivité en échange d’une rémunération (salaire direct) et d’un système de protection sociale, dans le cadre d’un emploi typique à temps plein et à vie pour une partie de la population considérée comme prioritaire (les hommes, pères de famille), un chômage faible (le chômage frictionnel des actifs prioritaires) et un «sous-emploi» fort dans la population des non prioritaires (les femmes et les jeunes).

– un «référentiel d’âge» qui délimite une série d’étapes de vie autour d’un «schéma ternaire» qui renvoie à trois grands «âges de la vie» (la jeunesse où on s’éduque, l’âge adulte qui est celui du travail productif ou reproductif selon le sexe, la vieillesse qui est associée au repos).

– et bien entendu un «référentiel de genre» soutenant une division sexuée du travail productif et du travail reproductif (travail – famille) : l’emploi, d’abord pour les hommes, le domestique, d’abord pour les femmes.

C’est dans ce «système de référentiels» que les institutions ont été pensées de façon très inégalitaire au plan du genre. Si ces trois référentiels sont aujourd’hui en voie d’obsolescence, ils demeurent prégnants dans la façon dont on conçoit toujours l’intégration sociale et économique, malgré la féminisation du marché du travail, le chômage de masse, la pluralisation des formes familiales, la recomposition des cycles de vie et la revendication pour plus d’égalité.

Pour beaucoup de personnes, le problème devient l’impossible «double journée» (celle des femmes actives mais pas uniquement) dès lors que les activités attachées à l’emploi et à la famille deviennent trop lourdes à certains moments du parcours de vie. Dans ce contexte, une véritable conciliation travail – famille est impossible. Tout se passe comme si on demeurait prisonnier du monde d’hier, lequel peut alors pousser les femmes à répondre au dilemme travail – famille en supprimant l’un de ses termes : le travail pour se consacrer à sa famille, ou la famille pour se consacrer à sa carrière professionnelle. Les mots utilisés expriment d’ailleurs bien la manière dont on appréhende toujours le «monde social». Par exemple, une personne est dite inactive si elle n’est pas présente sur le marché de l’emploi, alors même qu’elle peut être très investie dans le suivi de la scolarité de ses enfants, dans des actions citoyennes… ; et quand on donne un congé de maternité, de paternité ou parental, on octroie une permission en référence au travail professionnel (et non un débit en référence au travail familial). Prendre la mesure des activités socialement utiles qui contribuent à produire à la fois du bien commun et du bien-être devient un impératif. Il est dès lors nécessaire et urgent de poser les contours d’une autre société assurant, dans une perspective «parcours de vie», une nouvelle combinaison de ces activités sans qu’aucune ne soit hégémonique ni réservée à l’un ou l’autre sexe. L’enjeu est de parvenir à transformer la société salariale en une société multiactive. L’emploi serait redimensionné par rapport à d’autres activités que la société jugerait digne d’être soutenues dans une logique d’investissement social. L’inactivité ou le non-travail deviendrait rare, et l’articulation travail – famille sortirait du présent dilemme qui pèse toujours prioritairement sur les femmes.

BERNARD FUSULIER CHERCHEUR FONDS NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE (FNRS) ET PROFESSEUR DE SOCIOLOGIE À L’UNIVERSITÉ DE LOUVAIN (BELGIQUE) ET CHANTAL NICOLE-DRANCOURT DIRECTRICE DE RECHERCHE CNRS-LISE/CNAM.

Les auteurs sont membres fondateurs du réseau ARTS : «Articulation vie professionnelle – vie familiale et recomposition des temps sociaux» 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.