La manif pour tous confisque le débat sur la famille, interview de Claude Martin dans le journal Le Monde

Interview de Claude Martin parue dans le journal Le Monde du 7 octobre 2014 , p. 11

Que vous inspire la mobilisation persistante de la Manif pour tous ?

Cette mobilisation est clairement une forme de campagne contre l’exécutif. D’où la tentation de certains acteurs politiques à droite de surfer sur cette vague en cachant leurs désaccords avec les idées de ce mouvement : la défense d’une vision traditionnelle de la famille et des rôles des sexes défendue par une partie seulement des catholiques.
Ce mouvement confisque le débat sur la question familiale qui ne se limite pas, loin s’en faut, au « mariage pour tous » ou à la PMA/GPA et aux prétendues menaces que ces mesures feraient peser sur « la civilisation ». Rappelons que seulement 7000 mariages entre personnes de même sexe ont été célébrés au cours des six premiers mois de la loi. Une minorité bruyante, adossée sur de nombreux quiproquos et simplifications, masque la majorité silencieuse.

Dans quelle mesure ce mouvement est-il en adéquation ou en décalage avec la réalité de la société française d’une part, ses inquiétudes d’autre part ?

Ce mouvement est surtout en phase avec une poussée conservatrice et réactionnaire, qui ne concerne d’ailleurs pas que la société française. Une réaction qui agite des peurs. Le désir de restauration d’une famille prétendument menacée dans ses fondations par des aspirations libertaires, est profondément en décalage avec les principales préoccupations des Français. L’immense majorité d’entre eux est moins sensible à ces questions de valeurs que préoccupés par les contraintes que font peser sur leurs familles la crise et les transformations des conditions de travail et d’emploi. Les préoccupations des ménages concernent leur vie quotidienne : le chômage, en particulier chez les jeunes, l’augmentation des inégalités, ainsi que l’articulation des temps de la vie (familiale, sociale, professionnelle). La question des temps sociaux est importante, car il faut du temps pour faire famille, pour s’occuper des enfants, pour être en couple, pour soutenir ses proches et parents, etc. La société française n’est pas huilée. Le moindre grain de sable dans la mécanique de la vie quotidienne peut générer des blocages. L’exemple des rythmes scolaires est symptomatique.

La politique familiale est-elle un marqueur du clivage droite-gauche ? Si tel est le cas, comment se caractérise une politique familiale de droite ou de gauche ?

La famille et la politique familiale ont longtemps été considérées comme des thématiques de droite ; la gauche privilégiant la question des inégalités ou préférant parler du peuple. Les choses sont en fait plus complexes. Il faut rappeler le rôle joué par le catholicisme au sein des droites et des gauches, en somme les places respectives de la démocratie chrétienne et des socio-démocrates de part et d’autre d’une frontière qui a toujours été poreuse. Dans ce débat, François Mitterrand a clairement manifesté dès la campagne de 1981 le souhait de définir un discours de gauche sur la famille en défendant en même temps une préoccupation nataliste, une volonté de reconnaître le pluralisme des formes de vie en famille et la centralité de la condition féminine.

L’alternance droite-gauche, depuis près de 35 ans, a-t-elle modifié les choix en matière de politique familiale ?

Ces alternances ont bien sûr des effets, dans la mesure où les campagnes électorales sont des moments propices pour faire des annonces, marquer des clivages. Mais ces effets d’annonce masquent en fait des lignes de force. Depuis les années 1970, les gouvernements successifs ont combiné ou accentué, selon les périodes, familialisme (défense de l’institution familiale) et individualisme (cause des femmes et des enfants), mais aussi universalisme (logique égalitaire) et sélectivité (logique sociale et redistributive). Globalement s’affirme une tendance à redonner une fonction redistributive aux instruments de la politique familiale, ou encore à en faire des outils de la politique de l’emploi. Ceci vaut aussi bien à droite qu’à gauche, ce qui montre le rôle particulièrement important des hauts fonctionnaires en charge de la définition de ces politiques.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Au plan de l’affichage, la thématique familiale continue et continuera sans doute d’être politisée, utilisée comme un marqueur brandi par les acteurs politiques pour signifier leurs fronts de lutte, leurs différences. Mais le plus souvent sur des thématiques à forte résonance idéologique et à faible coût, comme la manière dont notre droit civil définit la famille.

Où situez-vous les mesures proposées par l’actuel gouvernement ? Peut-on parler d’une politique de gauche ?

La logique budgétaire qui domine actuellement toutes les politiques publiques en France écrase les idées auxquelles est attachée la gauche. Les mesures annoncées n’en retiennent que ce qui va dans le sens de la réduction des dépenses publiques et du coût de l’Etat social. On le constate, par exemple, sur la réforme du congé parental. Le gouvernement aurait pu chercher à éviter la trappe à inactivité pour les femmes en réduisant sa durée, mais surtout en offrant un meilleur niveau de rémunération, avec un taux de remplacement du salaire antérieur comparable à ce qui se pratique dans les pays scandinaves, mais aussi en Allemagne et dans d’autres pays de l’Union européenne. Au lieu de cela, le gouvernement affiche l’égalité de genre tout en sachant que, vu le faible niveau de rémunération du congé parental, en imposer une partie aux hommes revient à opérer un nivellement par le bas qui a peu de chance d’avoir des effets d’égalité. Quant à l’idée d’abaisser le plafond d’accès à des prestations sociales, elle vise certes à concentrer les efforts sur les plus modestes ; mais ce n’est pas pour faire mieux, ni même autant, puisque la prime à la deuxième naissance est amputée des deux tiers. Toutes ces mesures n’ont donc qu’une philosophie : réduire les dépenses. D’autres finalités sont délaissées comme le mieux-être, la qualité de service, ou même l’investissement social ; argument auquel auraient pourtant pu être sensibles des hauts fonctionnaires du ministère des finances, puisque cela permettrait d’éviter des dépenses futures. Au total, il est surtout question d’aujourd’hui, pas assez de demain.

Quelles sont les spécificités de la politique familiale en France par rapport aux autres pays européens ?

Malgré la logique budgétaire des réformes en cours, le niveau des dépenses consacrées par la France à la politique de la famille reste parmi les plus élevés d’Europe et du monde. Il faut aussi tenir compte de l’importance de l’école maternelle, modèle qu’on ne retrouve qu’en France et en Belgique, et du rôle joué par les collectivités territoriales. On est donc très loin d’assister à un effondrement de ce secteur d’action publique.
Le niveau de fécondité de la France, qui continue d’être élevé, est d’ailleurs peu sensible aux variations du montant des allocs. Il est en revanche lié à la qualité et à l’accessibilité des services, ainsi qu’à leur permanence sur la longue durée. Si l’on analyse cette politique sur le long terme, on perçoit bien la permanence et l’importance de ces dispositifs. Si l’on est actuellement dans une période de basses eaux, les soutiens aux familles restent importants en France comparé au reste du monde.
Pour autant, on pourrait faire bien mieux en réfléchissant aux priorités, quitte à sortir du périmètre officiel de ce qu’on appelle encore la politique de la famille. Ainsi une politique forte en faveur des jeunes pour leur permettre d’être davantage indépendants de leurs parents, comme l’avait promis le candidat Hollande, serait un bon moyen de répondre aux préoccupations des familles aujourd’hui. Et il en est de même sur la régulation des temps sociaux des parents de jeunes enfants ou des adultes prenant soin d’un parent ayant perdu son autonomie, en investissant dans une politique de care, comme l’avait proposé Martine Aubry.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search