Appel à articles – Les Âges au Travail (Chronique du travail)

La revue Chroniques du Travail, lance un appel à contribution d’article pour son numéro 5 intitulé « Les Âges au Travail », sous la direction de Arnaud Dupray, Anne-Marie Guillemard et Stéphanie Moullet – à paraître (automne 2015)

Date limite de réception des communications : 10 février 2015
Réponse du Comité de rédaction aux auteurs : 24 mars 2015
Retour des versions définitives : 24 mai 2015
Publication : automne 2015

Argumentaire :

Le monde du travail et de l’emploi est un organisateur puissant des âges et des cycles de vie. La répartition des temps de travail et d’inactivité constitue un enjeu de société majeur. Malgré un allongement de la vie en bonne santé, la période d’activité professionnelle reste encore largement aujourd’hui concentrée sur les « 30-50 ans ». Le taux d’emploi des 55-64 ans n’atteint pas 45 % en France contre 54 % dans l’ensemble des pays de l’OCDE (2012), la France restant loin derrière des pays comme la Suède, le Japon ou l’Allemagne. A l’opposé du cycle de vie, l’augmentation des niveaux d’études des diplômés de l’enseignement supérieur et leur poids au sein de la population juvénile ainsi que la dégradation de leurs conditions d’insertion (avec un taux de chômage de 20 % pour l’ensemble des sortants du système éducatif en 2010, trois ans après la fin des études) conduisent à reporter plus avant encore l’âge d’une intégration stabilisée dans l’emploi.

Au lieu d’une gestion globale des parcours de vie, en capacité de promouvoir des transitions douces entre les grandes périodes de la vie – l’apprentissage, l’activité rémunérée, la retraite – les pouvoirs publics se sont longtemps évertués à construire des dispositifs ciblés en fonction de l’âge. Il en va ainsi des mesures d’âge et de départ anticipé à la retraite qui construisent, ce faisant, la quasi-irréversibilité du retour à une quelconque activité. Il en va aussi de la panoplie des contrats aidés qui ont une application limitée selon l’âge du demandeur. La conséquence de ces cloisonnements est une stigmatisation des publics et des effets de discrimination par l’âge : le jeune sans expérience…, le senior incapable de s’adapter…, le chômeur trop âgé…

Les institutions participent ainsi à la construction de sorte « d’équivalents fonctionnels » ou de « raccourcis cognitifs » entre des âges et des capacités. Or, une telle approche se heurte à « l’affaiblissement de la régulation collective du cours de la vie » (Guillemard, 2010). En effet, les séquences d’emploi, d’éducation et de formation, de vie familiale (avec la recomposition des ménages à tous les âges…) et les périodes d’inactivité (plus souvent forcées par les restructurations d’emploi, le progrès technologique, la concurrence internationale, les crises économiques…) se combinent aujourd’hui à tous les âges.

Si l’âge demeure l’échelle d’un temps biologique et physiologique humain, la société post-moderne tend à ne plus l’inscrire comme un répartiteur univoque des grands temps et tournants de la vie. Et la montée des incertitudes économiques fait peser sur le travail, le niveau de vie, la vie familiale, des risques qui ne disparaissent plus avec l’âge et « l’installation » dans la vie.

Le travail en tant qu’activité rémunérée, alors même qu’il procure une sécurité et un bien-être social de plus en plus fragiles, devient paradoxalement de plus en plus nécessaire à tous les âges : pendant les études pour financer la scolarité et s’émanciper du foyer parental, pour vivre en couple et fonder une famille, pour préparer une reconversion et se former en cours de carrière, pour prendre une disponibilité et construire un projet de vie alternatif, pour voyager et se cultiver, pour compléter une retraite et permettre la prise en charge de parents âgés…

La thématique des âges au travail peut donc être interrogée à plusieurs niveaux et de différentes manières : étude de cas, enquête par entretiens, analyse de situations de travail, enquête par questionnaires, mobilisation secondaire de sources statistiques, etc.

Pour lire la suite, téléchagez l’intégralité de l’Appel à Communication – « Chroniques du Travail » n°5 – Les Âges au Travail

Les communications correspondent à un texte complet qui ne doit pas excéder 30.000 signes, bibliographie incluse, accompagné d’un résumé de 10 lignes maximum.

Ces communications et résumés seront soumis exclusivement par courriel à irt-contact@univ-amu.fr et à chroniquesdutravail@gmail.com

Pour plus d’informations : http://irt.univ-amu.fr/revue


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search