Les pères bénéficiaires du complément de libre choix d’activité

L’e-ssentiel n.137 –janvier 2013

Les pères qui ne travaillent pas ou travaillent à temps réduit pour s’occuper de leurs enfants, rompant ainsi avec les schémas traditionnels de comportements des hommes au travail, font figure d’exception. La rareté des hommes qui recourent à des dispositifs leur permettant de rester auprès de leurs enfants, comme le complément de libre choix d’activité (Clca), en témoigne.

Le complément de libre choix d’activité (Clca) est une prestation à laquelle les pères ont rarement recours. Ils sont seulement un peu plus de 18 000 à percevoir cette prestation, soit 3,5 % de l’ensemble des bénéficiaires. Le recours des pères au Clca se différencie de celui des mères par une proportion plus forte de bénéficiaires à taux partiel, une durée en moyenne plus courte de perception de la prestation ainsi qu’un revenu moyen, avant de rentrer dans le dispositif, supérieur à celui de leurs homologues féminins. Par ailleurs, près de 60 % des pères bénéficiaires du Clca (taux plein et partiel) ont des revenus inférieurs à celui de leur conjointe avant de percevoir la prestation contre 74 % des mères bénéficiaires du Clca. Si un arbitrage financier apparaît guider le choix du bénéficiaire, le recours des pères au Clca serait ainsi moins lié que celui des mères à la différence de salaires au sein du couple.

La version intégrale de l’article est accessible ici :  essentiel – Père_CLCA

L’e-ssentiel est une publication de la CAF qui valorise les principales données et les travaux d’études de la branche Famille de la Sécurité sociale.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search