Enquêtes en cours

  • Présentation de l’enquête menée auprès des Familles en confinement pendant le Confinement de mars à mai 2020

Enquête menée par le Collectif d’Analyse des Familles en Confinement.

Ce collectif est constitué des personnes suivantes, membres du RT48, par ordre alphabétique : Pascal Barbier, Myriam Chatot, Bernard Fusulier, Julie Landour, Marianne Le Gagneur, Alexandra Piesen, Sebastián Pizarro Erazo, Bertrand Reau, Valerya Viera Giraldo

La situation exceptionnelle du Confinement, en France de mars à mai 2020 a engendré une mise à l’épreuve des arrangements et des dynamiques des familles. Le confinement a en effet contraint les adultes résidant avec des enfants à faire coexister dans le logement familial plusieurs activités réalisées quotidiennement dans des lieux et des temporalités distinctes : travail professionnel, travail domestique, travail éducatif et travail parental ont été menés de front par celles et ceux que nous appellerons ici de manière générique les parents. L’enjeu de l’articulation des temps sociaux est ainsi poussé à son paroxysme puisque ces parents doivent assumer l’ensemble de ces activités, sans pouvoir s’appuyer sur les médiations – visibles ou invisibles – qui participent ordinairement aux arrangements familiaux : modes de garde de la petite enfance, école, grands-parents ou encore travailleuses/ers de l’économie domestique auxquels il n’est plus possible de déléguer.

Le confinement interroge au moins deux activités structurantes des organisations familiales contemporaines : d’une part l’emploi et les conditions de travail professionnel, et d’autre part le travail parental d’éducation. Pensées conjointement, ces activités agissent sur les ordres genrés et incidemment sur l’égalité entre les femmes et les hommes. S’il a vite été estimé que le confinement viendrait rebattre les cartes des inégalités sexuées, ou encore favoriser de nouvelles organisations du travail à distance, la durée du confinement et les difficultés sociales qui ont émergé progressivement (décrochage scolaire, violences intra-familiales…) laissent supposer que le confinement a été un fait social total dont les formes et les effets ont fortement varié selon les appartenances sociales.

C’est dans cet esprit de complémentarité que nous avons initié au sein du Réseau Thématique 48 de l’Association Française de Sociologie, intitulé « Articulation des Temps Sociaux », une enquête par entretiens dès la première semaine de confinement. Dix-huit familles ont ainsi été suivies entre mi-mars et fin juin, à raison d’un entretien hebdomadaire conduit par téléphone ou visio-conférence. Le recrutement a suivi par ailleurs deux critères : un critère d’homogénéisation en portant notre attention aux parents hétérosexuels avec des jeunes enfants à charge (bien conscients que nous nous limitons aux formes familiales classiques mais toujours majoritaires) ; et un critère de diversification en identifiant des milieux socio-économique et culturels variés couvrant le découpage entre classe populaire, classe moyenne et classe aisée selon des indicateurs de qualification et de statut professionnel. Insistons sur la féminisation – voulue – de cette population d’enquêté·e·s : nous avons en effet avant tout interrogé des femmes et plus exactement des mères, considérant, comme de nombreuses études le montrent, qu’elles demeurent les principales pourvoyeuses de soins et, par conséquent, les personnes potentiellement les plus à même de nous informer sur les effets du confinement sur le foyer. Si quelques hommes ont participé à l’enquête, c’est avant tout un regard féminin sur le confinement que nous avons collecté.

Après un premier entretien de présentation d’une heure et demi environ, chaque enquêtée était relancée chaque semaine sur le déroulé des journées confinées, leurs temporalités et organisation à l’occasion de nouvelles conversations téléphoniques. Si nous avons largement relancé les enquêté·e·s sur les enjeux liés au travail professionnel, parental et domestique et leurs conditions d’exercice, nous avons également abordé d’autres thématiques telles sur l’entretien des relations familiales et amicales, la perception de la gestion de la crise ou encore les loisirs pratiqués. Nous avons également proposé aux enquêté·e·s de remplir/compléter un carnet de confinement, consignant par tranche d’une demie-heure leurs activités de la journée — exercice s’étant avéré trop contraignant pour la plupart des enquêté·e·s..

Cette enquête qualitative, menée sur toute la durée du confinement, donnera lieu à des publications et communications à venir, dont la liste sera tenue à jour.

Texte rédigé par Marianne Le Gagneur

Publications :

Collectif d’Analyse des Familles en Confinement, 2021, « Familles confinées. Le cours anormal des choses« , Ed. du Croquant, 154 p.

Collectif d’Analyse des Familles en Confinement, 2020, « Heur et malheur des familles confinées en France : une analyse exploratoire de l’expérience du confinement à domicile », Les Politiques sociales, n°3-4, p.94-113.

Valorisations de l’enquête :

Marianne Le Gagneur, Alexandra Piesen et Valerya Viera Giraldo, « Travail, Famille et Confinement : le vécu des familles en temps de pandémie », Séminaire de l’Axe Travail du LISE-Cnam (en ligne), 7 mai 2021.

Myriam Chatot, Marianne Le Gagneur, « Enquêter sur le confinement : quelles temporalités pour les jeunes chercheur·euses ? », Pallier. L’intelligence pratique face à la pandémie, EHESS, Aubervilliers (en ligne), 18 mars 2021.

Julie Landour, Valerya Viera Giraldo, Valentine Hélardot, « Recherches qualitatives sur l’articulation des sphères d’activités pendant la Crise sanitaire Covid 19 (2020 & 2021) », Séminaire d’équipe du Gis CREAPT (en ligne), 15 mars 2021.

  • Présentation de l’enquête ANR Fam.Conf

Enquête qualitative financée par l’ANR « Fam.Conf », octobre 2020-octobre 2021 et coordonnée par Julie Landour (MCF Paris-Dauphine).

Cette enquête est menée par les chercheurs et chercheuses suivantes, par ordre alphabétique : Pascal Barbier, Myriam Chatot, Sandra Constantin, Elisabeth Hultqvist, Julie Landour, Jean-Marie Le Goff, Ida Lidegran

Dans le prolongement de l’enquête collective menée entre mars et mai 2020, notre équipe internationale se propose d’examiner les formes de l’articulation entre travail et famille mises en place pendant le confinement, en les croisant à une analyse des inégalités sociales, notamment de classes et de genre, situées dans des contextes nationaux contrastés. Nous proposons in fine une analyse des transformations engendrées sur le plan du maintien en emploi et de la poursuite de la carrière professionnelle (en particulier des mères), de l’organisation du travail et de son articulation avec les engagements familiaux, de l’éducation et de la continuité pédagogique.

Cette recherche est conduite dans trois pays de l’espace européen : la France, la Suède et la Suisse. Le choix des lieux d’observation des questions de recherche se justifie par deux raisons principales. Premièrement, leur gestion de la pandémie a été très différenciée : un confinement strictement encadré pendant deux mois en France, un semi-confinement assoupli progressivement en trois phases en Suisse et une politique de la « responsabilité » en Suède. Deuxièmement, ces trois lieux d’observation permettront de comparer ces réponses institutionnelles dans un continuum de régimes d’État-Social: du type libéral ou résiduel suisse à la social-démocratie suédoise, en passant par le corporatisme-conservateur français.

L’objectif de cette étude est de rendre compte des transformations que les vies des familles ont connues pendant le confinement, par le biais d’une enquête par entretiens. Dans chaque famille, chaque membre est interrogé afin de recueillir les différents points de vue. Le recrutement est réalisé dans un objectif de diversification en termes d’appartenance sociale et de conditions de vie (notamment en termes de logement) pendant le confinement. Nous n’interrogeons que des coupes qui vivaient ensemble pendant le confinement, avec au moins un enfant. Le guide d’entretien rend compte de la trajectoire biographique du membre de la famille interrogé, l’organisation de la vie familiale et l’articulation travail-famille, les activités des différents membres de la famille (travail rémunéré, scolarité, sociabilité, loisirs, tâches domestiques), les relations entre les différents membres de la famille et ce avant, pendant et après le confinement.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. mars 9, 2021

    […] we experience them is strongly linked to our social characteristics. This is what we document in the first survey conducted by our research network during and after confinement. For several weeks, we followed 18 families (heterosexual with young […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search