Compte-rendu

Ce sont tenues les 2 et 3 octobre 2014 à l’EHESS et au CNAM, deux journées d’études du GT48 ARTS sur le thème :

« Négocier l’articulation des temps sociaux ».

photo mid term 2014

Une vingtaine d’intervenant-e-s sont venus partager leurs analyses portant sur des sujets variés : allant de la vie d’artiste aux négociations collectives autour de la conciliation travail/famille ou à la négociation de la résidence alternée des enfants après une séparation conjugale, en passant par les expériences de parents monoparentaux, des travailleurs et travailleuses « seniors » réduisant leur temps travail pour s’occuper de leur conjoint-e malade ou parents vieillissants, des pères au foyer et des femmes « breadwinners », pour n’en évoquer que quelques-uns. Deux grandes conférences, l’une de Laurent Lesnard sur les enjeux de synchronisation/désynchronisation des temps sociaux dans les couples bi-actifs a démontré combien l’entrée par les temporalités permet de renouveler le regard sur les inégalités sociales ; l’autre de Jean-Yves Boulin, traitant des politiques temporelles dans les territoires, a mis en avant l’utilité de faire du temps une catégorie d’organisation des territoires à partir de modalités d’échanges entre une pluralité d’acteurs et d’instances publiques, privées et citoyennes afin de mieux coordonner les nécessités plurielles et les offres de service dans un bassin de vie.

Il est aussi apparu à travers ces deux journées la difficulté empirique d’aborder le « phénomène de la négociation » dans les pratiques ordinaires et quotidiennes, que ce soit dans l’espace familial ou dans l’espace professionnel. Plusieurs interventions ont d’ailleurs soulignés combien les paramètres structurels et culturels, dont notamment le régime de genre, pesaient lourdement sur les choix et comportements des acteurs, au point qu’on pouvait douter de leur réelle capacité de négociation. Sans doute que les techniques d’enquêtes (basées souvent sur des entretiens avec un seul membre du couple ou des questionnaires) rendent-elles presqu’insaissisables les termes et processus de négociation. De ce fait, il y a une tendance à interpréter les résultats d’un échange social sous l’angle d’un ordre structurel et d’une domination. Or, à titre d’hypothèse, il a été discuté que derrière des reproductions sexuées toujours massives pourraient se profiler des mécanismes nouveaux qui ne transiteraient plus par des intériorisations indiscutées et indiscutables mais par « autre chose » : des transactions sociales fines, avec des compromis et des donnant-
donnant, qui modifieraient les frontières et contenus des rôles sociaux engendrant des transformations presqu’imperceptibles hic et nunc mais pourtant transformatrices dans la durée des structures établies. Autrement dit, l’ordre deviendrait plus négocié qu’imposé (pour reprendre le concept d’Anselm Strauss), et par conséquent plus malléable. L’hypothèse demeure ouverte.

Ces journées ont aussi mis en avant la centralité du thème de la « conciliation » pour penser les changements sociaux contemporains. Il ressort de plusieurs débats qu’il ne s’agit pas d’une simple question technique (concilier les temps sociaux, partager les tâches, ajuster vie professionnelle et vie familiale – ce qui peut alors souvent apparaître comme une entourloupe pour les femmes), mais bien d’une problématique qui interpelle les fondements mêmes de l’organisation sociétale. Ce qui est appelé la « double journée » des femmes expriment structurellement et institutionnellement une incapacité de notre société « à penser » de façon équilibrée l’articulation du système productif et du système reproductif en dehors d’une séparation travail/famille, de leur hiérarchisation et de l’affection sexuée. Or les séparations temporelles et spatiales entre travail et famille deviennent poreuses (et dans certains cas vaporeuses, notamment avec les technologies d’information et de communication), l’importance accordée à la valeur famille et au bien-être des enfants résiste de plus en plus aux assignations sexuées traditionnelles et à l’injonction de la centralité du travail dans les engagements sociaux. L’enjeu sociétal est par conséquent de questionner le référentiel de la société salariale à partir d’une éthique du care, d’une approche tout au long de l’existence et d’une représentation de ce que pourrait être une société multi-active qui reconnaît d’égale valeur un ensemble d’activités socialement utiles, c’est-à-dire qui contribuent simultanément à une production d’un bien commun et d’un bien-être dans une perspective d’égalité entre les sexes. Une vraie programmatique au coeur du réseau ARTS.

Pour l’équipe d’animation du réseau ARTS
Bernard Fusulier et Chantal Nicole-Drancourt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *