Atelier 6

Atelier 6-  Autres pays, autres formes de négociations ? L’articulation des temps sociaux à l’étranger

Vendredi 3 octobre, 11h45-13h15

Farah Asmaa (GREGO-Université Cadi Ayyad Marrakech; Université Jean Moulin Lyon 3 ) – Conciliation travail-famille au Maroc : une affaire de femmes

Caryn E. Medved (Ph.D.Baruch Collège, City Université de New York) – La Ré-Articulation vie Professionnelle/vie Familial : Les  Couples Qui Renversent les Rôles Traditionnels du Genre

 Blandine Destremau (Cnrs / Lise/Cnam) – Temps sociaux et division sexuelle des tâches à Cuba : adieu la « femme nouvelle ?

 Le projet cubain de l’ « homme nouveau » libère l’homme de l’emprise des liens de dépendance personnels, à l’égard du marché et de la famille[1]. De fait, on observe la mise en place de mécanismes multiples de décharge des familles à l’égard du soin des enfants en particulier, de façon à mettre le maximum de femmes sur le marché du travail, pour contribuer à la révolution et produire aussi une « femme nouvelle ».

MAIS :

  • Les conditions de reproduction matérielle de la famille ne sont pas suffisamment assurées par l’économie socialiste pour soulager réellement les familles de leur besoin de solidarité et de débrouille multiple ; donc un individu peut difficilement vivre sans famille, d’autant plus que les conditions de logement ne le permettent juste pas. Depuis les années 1990, le pouvoir d’achat des salaires et pensions se réduit fortement, exacerbant le besoin de famille et les dépendances familiales pour survivre ;
  • Les couples sont instables, partiellement en raison de l’histoire, partiellement en raison des migrations, et partiellement en raison de l’émancipation / individualisation des femmes à l’égard du mariage. On a donc un grand nombre de ménages plurigénérationnels mais féminins, avec une femme cheffe de famille ;
  • Dans le contexte de la crise du modèle cubain (depuis les années 1990) et des réformes qui s’en sont suivies, les institutions publiques prennent de moins en moins en charge les besoins de soins aux enfants, ferment des cantines et pensionnats, les familles sont donc de nouveau sollicitées tant pour des tâches de care que pour la débrouille de survie de personnes à leur charge;
  • Le vieillissement n’est pas prévu par les schémas de prise en charge par les services publics des besoins sociaux, donc les personnes âgées de fait restent dans des groupes domestiques ou ménages réduits en nombre d’enfants ;
  • Les schémas de relations de genre ne sont pas suffisamment transformés pour que ces besoins soient également partagés entre hommes et femmes : la décharge des tâches domestiques vers les services publics ont apparemment permis aux ménages de faire l’économie d’une transformation radicale des modes de partage, même si les carrières doubles et reconnues (notamment pour leurs revenus) ont bien changé les relations hommes / femmes quand même.

DONC : la famille (i.e. bien souvent la ou les femmes de la famille ou du ménage) est très sollicitée, et souvent surchargée, voire incapable d’assumer ce qu’on lui impute comme responsabilité ; et les personnes âgées et/ou handicapées isolées, soit totalement, soit au moins pendant la journée.  Le devoir de soin à l’égard des personnes âgées, qu’il complique la poursuite d’une carrière (absences répétées) ou se combine avec une tournant professionnel (travail en compte propre) tend à réactiver des divisions sexuées du travail héritées de la période précédente. Pour montrer différentes modalités de négociation des articulations des temps sociaux, la réflexion proposée articulera les trois niveaux d’analyse indiqués dans l’appel : macro-sociologique, institutionnel et au plan des pratiques. Elle tentera néanmoins de se positionner du point de vue de la famille, des tensions qui la traversent et des accommodements qu’elle invente. Ce travail est fondé sur quatre séjours de terrain à Cuba.


[1] Ici famille générique, mais plus bas soit, selon les termes de Martine Segalen, le groupe domestique ou ménage ; soit la famille élargie, qui ne partage pas nécessairement le même foyer mais œuvre en solidarité de façon plus ou moins régulière ou occasionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *