Atelier 4

Atelier 4 – Petits et grands arrangements en famille(s) (2)

Jeudi 2 octobre, 16h-17h00

 Myriam Chatot (EHESS) – Les pères au foyer : lorsque les hommes endossent la charge de l’articulation vie professionnelle/vie familiale

De nombreux travaux universitaires ont montré que dans les couples hétérosexuels, ce sont presque toujours les femmes qui endossent la responsabilité de concilier la prise en charge de la gestion du foyer et des enfants, et l’exercice d’une activité professionnelle (ou sa cessation au profit du foyer). Cependant, dans une minorité de couples, ce sont les hommes qui se retirent de la sphère professionnelle afin de prendre en charge le travail domestique. Comment les conjoints négocient-ils l’articulation entre temps professionnel, familial et personnel lorsque l’homme est au foyer ? A partir d’une enquête par entretiens semi-directifs menés auprès de 23 pères n’ayant pas exercé d’activité salariée pendant au moins six mois, vivant en couple avec une femme active occupée sur le plan professionnel1 et un ou plusieurs enfant(s), je propose une intervention axée sur les négociations au sein de ces couples concernant cette division sexuée du travail originale, la répartition du travail domestique et l’articulation entre temps familial et temps personnel. Dans un premier temps, nous interrogerons la négociation du retrait du monde du travail du père au foyer. Les pères rencontrés ont été unanimes : la décision que le père se retire du marché du travail pour s’occuper du foyer et des enfants a fait l’objet d’un consensus. Dans la majorité des cas, les pères désiraient s’arrêter et les mères voulaient conserver leur activité professionnelle. Ainsi, l’entrée dans une situation où c’est l’homme qui assure la gestion du foyer et de la famille ne semble pas faire l’objet de négociations, mais manifeste au contraire un accommodement à une situation de fait, où l’homme a une carrière moins prestigieuse et moins satisfaisante que celle de sa conjointe. Cependant, comme nous l’évoquerons, dans quelques cas, un des conjoints a pu faire pression sur l’autre pour que le père reste au foyer. Dans un second temps, nous nous intéressons à la répartition du temps de travail domestique entre conjoints. En effet, si pour de nombreux pères (et leurs conjointes), le fait d’être au foyer devrait aller de pair avec une prise en charge de l’intégralité ou presque des tâches ménagères et d’une majorité des tâches parentales, nous montrerons que les pères parviennent à se ménager des marges de manœuvres afin de se décharger d’une partie des tâches qui leur déplaisent ou pour lesquelles ils ne se déclarent pas compétents. Nous aborderons également la question du rapport au temps quotidien des pères au foyer. Enfin, dans un troisième temps, nous aborderons la question de la négociation du temps personnel ou des activités de chacun des conjoints en fonction des désirs, des disponibilités mais aussi des ressources financières de chacun. Nous verrons également que les pères s’adaptent à l’ordre genré en se ménageant du temps pour des activités masculines, tandis que les mères allouent en priorité le temps qu’elles ne consacrent pas à leur activité professionnelle à des activités familiales. En conclusion, nous reviendrons sur les difficultés qu’a le chercheur à accéder aux processus de négociations qui ont lieu dans la famille, et sur le caractère peut-être trompeur de ce terme dans le cadre du couple. En effet, comme le soulignent Bessin et Levilain, « parler de négociations ne doit pas conduire à voir une production rationnelle et froide des décisions partagées. Elles prennent aussi souvent la forme de rapports de force, de décisions imposées ou arrachées. ».

Benoît Hachet (IRIS Paris) – Négocier les temps de résidence alternée des enfants après une séparation ou un divorce

La séparation conjugale, quand elle concerne des enfants, est un événement privilégié pour penser l’articulation des temps sociaux. Il s’agit pour les parents de décider des modalités de partage du temps de présence des enfants et de le rendre compatible avec les autres temps sociaux. Moment de recomposition identitaire, la séparation est aussi un moment de recomposition temporelle. Comment se négocient les temps de la résidence alternée des enfants ? Se concentrer sur la résidence alternée – qui n’est pas toujours un partage égalitaire du temps – offre plus de possibilités de choix dans l’organisation que la garde classique accordant un week-end sur deux et la moitié des vacances au père. Si la résidence principale chez la mère concerne toujours 71% des décisions de justice post séparation, la résidence alternée augmente depuis 2002 pour s’établir à 17% aujourd’hui. Loin d’être majoritaire, la résidence partagée est néanmoins devenue une figure stabilisée de l’après séparation en France, en particulier dans les milieux sociaux moyens et supérieurs. La négociation des temps de la résidence alternée met en relation des acteurs autour d’une problématique. Les acteurs principaux sont les parents qui « discutent » dans un cadre plus ou moins conflictuel. Ils parviennent seuls à des compromis, peuvent être éclairés ou aidés par des professionnels du secteur médico-social ou des médiateurs familiaux, ou se plient aux décisions de la justice. La problématique concerne l’articulation des temps de résidence des enfants dans chaque domicile, ce qui nécessite de déterminer la durée des phases avec ou sans enfant, la fréquence de rotation, le moment et les conditions de la transition. Les temps de l’alternance, en plus de la coordination en miroir des parents, doivent s’articuler aux temps professionnels, aux temps scolaires et éventuellement aux temps des recompositions familiales. Les décisions prises au moment de la séparation peuvent être modifiées dans la durée en fonction de la survenance de différents événements. La méthodologie retenue pour répondre à ces interrogations croise les entretiens et l’observation. Les entretiens menés depuis 2012 avec une vingtaine de parents qui pratiquent (ou ont pratiqué) la résidence alternée permettent d’éclairer les organisations en place et leurs évolutions éventuelles. Ces parents ont été recrutés par le bouche à oreille surtout à Paris et en banlieue parisienne mais pas seulement. Ils sont représentatifs des classes moyennes et supérieures. Si les entretiens permettent de revenir sur la mise en place de l’alternance, ils ne permettent pas d’accéder à la négociation en train de se faire. L’observation de séances de médiation familiale permet d’assister aux négociations sur le partage du temps des enfants. Si toutes les médiations observées ne conduisent pas à la mise en place qu’une résidence en alternance des enfants, elles permettent néanmoins d’être attentif à la nature des arguments échangés, aux contraintes ou impossibilités évoquées ainsi qu’au processus même de la médiation et à la place du médiateur dans le déroulement des séances. Cette observation, débutée en février 2014 dans un centre parisien et dans un centre du Val d’Oise de médiation familiale est prévue jusqu’au mois de juin 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *