Atelier 3

Atelier 3 – Petits et grands arrangements en famille(s) (1)

Jeudi 2 octobre, 14h30-15h30

Benjamin Saccomano  (CERTOP-  Maison de la Recherche, Toulouse) – Engagements familiaux et professionnels : formes particulière d’une négociation conjointe 

 Comme tout espace social, le foyer peut voir reconfigurés les systèmes de relations qui le fondent du fait de changements intervenant pour l’un de ses membres. Ce qui se joue à l’intérieur du foyer ne peut en effet être véritablement pensé sans prendre en compte les aléas et exigences des engagements effectifs à l’extérieur1. Lorsqu’ils sont remis en question les modes d’articulation entre les temporalités familiales et professionnelles, et les formes de conciliation visées, se révèlent ainsi particulièrement heuristiques de recompositions de l’ordre social qui organise les relations et possibilités d’engagement des individus. Cet ordre social peut donc être envisagé comme faisant l’objet de réorganisations sous les effets des acteurs en présence, de leurs différents ancrages sociaux (famille, travail, organisation, etc.), ou encore du moment de leur trajectoire de vie considéré. De ce point de vue, les expressions de cet ordre s’analysent comme les produits de négociations entre les membres du foyer. Notre proposition de communication s’inscrit dans cette perspective en prenant comme sujet d’étude les négociations préalables à la mise en place d’un nouvel engagement dans la sphère professionnelle, du point de vue des relations entre membres du foyer. Nous mobilisons une enquête auprès de 44 adultes suivant volontairement un programme de formation qualifiante d’une année, parfois dans une autre région, dans le but de modifier le cours de leur trajectoire professionnelle. Au regard des moments des trajectoires considérés, des modes relationnels en présence et du rapport au travail et à l’emploi mis en mots par les enquêtés, nous avons mis au jour cinq modes d’articulation  des  temporalités,  chacun  justifié  par  les  locuteurs  comme  soutenant  un  modèle  de conciliation légitime entre les divers engagements menés de façon conjointe par les membres du foyer. L’exposé  de  ces  résultats  idéal-typiques  nous  permettra  d’illustrer  la  fécondité  de  la  dimension négociatoire appliquée à la compréhension des modes d’articulation des temporalités, idée qui servira donc de fil rouge à notre exposé et dont nous présentons les points généraux ci-dessous. D’un côté, il apparaît légitime de se demander ce que les approches en termes de négociation apportent à l’étude des articulations des temporalités. La négociation des temporalités relatives aux différentes sphères d’existence constitue une expression concrète de la négociation des identités avec soi et autrui. Les équilibres recherchés en appellent à des modèles déclinant des normes et valeurs socialement signifiantes pour les individus. Pierre angulaire de sa réflexion, JeanDaniel Reynaud définit la négociation comme : « tout échange où les partenaires cherchent à modifier les termes de l’échange, où les acteurs remettent en cause les règles et leurs relations ». Négocier c’est donc faire valoir ce qui importe à soi afin de parvenir à s’entendre avec autrui à propos de l’objet négocié, de ses finalités pour soi et pour autrui. L’articulation des temporalités familiales et professionnelles nous semble donc entrer parfaitement dans ce cadrelà : chaque nouvel engagement dans l’une des deux sphères se trouve ainsi négocié dans un espace d’arbitrage dont la mise au jour des éléments structurant nous renseignera sur une forme particulière d’arrangement du point de vue des enquêtés.  D’un  autre  côté,  cette  communication  est  aussi  l’occasion  d’interroger  ce  que  la  question  des temporalités  apporte  à  la  compréhension  des  phénomènes  de  négociation.  Ces  derniers  sont  ici appréhendés à partir d’un travail de mise en cohérence que les individus effectuent entre les multiples appartenances sociales dont la coexistence génère des tensions et justifie d’en repenser la mise en relation, les interdépendances et les enjeux. La négociation est aussi recherche de compromis dans le temps avec le partenaire, car les enjeux de carrière mis en lumière par notre étude ne revêtent absolument pas le même sens  selon  les  expériences  passées  et  les  finalités  attachées  au  projet  professionnel.  L’étude  des négociations apparaît donc ici sous un jour difficilement sécable, elle force les individus concernés à dépasser leurs seuls intérêts pour considérer ceux des proches qu’ils engagent par leur propre démarche. Friedmann déjà (1960) considérait que toute expérience relative au travail peut difficilement se penser en dehors des « relations de causalité réciproques » entretenues avec les autres sphères d’existence, particulièrement la famille.

Nathalie Burnay (Université de Namur ; IACCHOS, Université catholique de Louvain Belgique) – Négociation et concurrences normatives: Analyse à partir du dispositif de crédit-temps senior en

La Belgique se caractérise par un taux d’emploi des seniors le plus bas de l’Union européenne, et cela notamment par le déploiement de politiques de retrait prématuré du marché du travail depuis les années 1970. C’est pour tenter de juguler le flux de ces départs anticipés qu’en 2005, la Belgique élabore le Pacte de solidarité entre les générations dans un contexte de nécessaire relèvement des taux d’emploi des seniors. Différents dispositifs sont ainsi instaurés de manière à favoriser une carrière plus longue. C’est dans ce contexte que le crédit-temps senior constituera une mesure phare du pacte, notamment sous l’impulsion des syndicats. La convention collective de travail n° 77 (CTT n° 77) délimite les règles d’application de ce crédit-temps, notamment pour les seniors qui disposent d’une réglementation adaptée. Ainsi, à partir de 50 ans, tous les travailleurs peuvent bénéficier soit d’une réduction des prestations de travail à mi-temps, soit d’une réduction des prestations à concurrence de un cinquième des prestations hebdomadaires de travail à temps plein. Pour ces travailleurs, le crédit-temps n’est pas limité dans le temps et permet ainsi de gérer cette réduction du temps de travail sur une longue période. Une indemnité d’interruption vient compléter le salaire. De plus, ce statut permet au travailleur qui en bénéficie de conserver ses droits sociaux pendant toute la période. Notre communication se basera sur une analyse détaillée de la manière dont se négocie en famille la prise de décision d’un crédit-temps et comment cette décision affecte la gestion des temps sociaux. A partir d’une quarantaine d’entretiens semi-directifs réalisés auprès de bénéficiaires de crédit-temps, nous verrons combien la négociation se déroule en fonction de cadres normatifs différents qui orientent et donnent sens au crédit-temps. Ces cadres normatifs vont dès lors libérer ou contraindre le travailleur, dans une logique d’émancipation, ou au contraire, dans une logique de l’assignation. Cette communication se basera plus spécifiquement sur l’analyse de quelques entretiens, permettant d’affiner le processus de négociation à l’intérieur du cadre familial. Nous verrons comment on peut assister à une véritable concurrence entre des systèmes normatifs différents au sein d’espaces transactionnels : quels registres sont mobilisés pour quels enjeux personnels et familiaux ; comment se construit le débat familial au sens large du terme et comment l’articulation des temps sociaux peut constituer un enjeu important au sein des espaces familiaux ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *