Atelier 2

Atelier 2 – Négocier temps et espaces au domicile

Jeudi 2 octobre, 12h15-13h15

 Frédérique Letourneux (Centre Georg Simmel, Ehess) – « Travailler chez soi ». Enjeux de négociation autour de la constitution d’un espace de travail dans un espace domestique

Mon enquête porte sur des travailleurs individuels engagés dans des relations avec de multiples employeurs. Ils sont graphistes freelances, pigistes, télé-secrétaires, et exercent leur activité en dehors d’un cadre collectif de travail institué, soit en indépendant (cotisant à la maison des artistes ou recourant au régime de l’auto-entreprise), soit en salarié (piges, portage salarial). Cette sortie physique de l’entreprise réinterroge de fait les cadres spatio-temporels légitimes de l’exercice de l’activité. L’originalité de ma démarche tient en ce qu’elle analyse les effets de brouillage entre les temps sociaux – professionnel et personnel – à travers le rapport à l’espace vécu et à ses processus d’appropriation. Je m’appuie à la fois sur un matériau de photos ethnographiques des espaces de travail, réalisées au domicile des enquêtés et une série d’entretiens non directifs mettant au jour les ressorts de leur trajectoire personnelle et professionnelle. Comment dans l’espace domestique est marquée la distinction entre ce qui relève de l’espace professionnel singulier et de l’espace partagé de la famille ? Dans quelle mesure cette distribution fonctionnelle de l’espace domestique est l’objet d’une négociation intra-familiale précaire en ce qu’elle peut toujours être remise en question (ex. la transformation d’un bureau en chambre d’enfant après l’arrivée d’un nouveau-né) ? Quels sont les effets de co-définition de l’espace de travail légitime ? Comment créer des seuils autant topographiques que symboliques entre les espaces ? Une typologie fine des espaces de travail fait apparaître une plus ou moins grande porosité avec le reste de la maison : le bureau peut ainsi être situé soit dans la chambre, soit dans le salon, soit dans une pièce à part nommée « bureau » (doté d’un possessif qui singularise la pièce), soit encore dans une pièce extérieure, attenante à la maison ou située dans le jardin. Enfin, certains choisissent de marquer une rupture encore plus radicale avec l’espace domestique en occupant un atelier/bureau partagé avec d’autres indépendants ou professions « créatives ». Si cette appropriation différenciée de l’espace domestique est socialement distribuée et dépendante en grande partie du prix du foncier (ex. l’exiguïté des espaces à Paris), elle est aussi représentative d’un rapport plus ou moins assumé du travailleur exerçant son activité depuis son domicile, à son identité professionnelle. Elle est aussi symptomatique des tensions qui peuvent exister dans le couple quant à la définition du périmètre de ce qui est professionnel et ce qui ne l’est pas. Il est ainsi possible, me semble-t-il, d’analyser à travers l’organisation de l’espace, la mise en concurrence de l’identité professionnelle avec des identités alternatives (domestique, parentale, conjugale, amateure). Dans cette perspective, il faut analyser la capacité à négocier l’automisation d’un espace de travail au regard des effets de genre. Il s’agit aussi de comprendre dans quelle mesure le « bureau » permet une mise en scène du travail en train de se faire – à travers l’incorporation d’une hexis singulière – et permet au travailleur d’assoir son identité professionnelle au regard des tiers (employeurs, clients, pairs) et de lutter contre des formes d’invisibilité. Cette approche topographique doit être complétée par une analyse topologique, prenant en compte l’insertion de l’individu dans un réseau dépassant le strict cadre de l’espace physique. Dans quelle mesure l’ordinateur portable permettant du travailleur individuel d’être mobile entre-t-elle en conflit avec sa tentative de cloisonner et de singulariser les espaces ? Si l’usage d’internet et des réseaux sociaux permet d’avoir une fenêtre toujours potentiellement ouverte sur le monde, est-il possible de continuer à singulariser et à autonomiser l’espace de travail ? Comment mesurer les conséquences de cette injonction à la l’hyper-connexion sur l’articulation entre espace privé et espace professionnel?

 Alexandra Piesen (CERLIS) – A la recherche du temps personnel chez les parents monoparentaux

L’entrée dans la monoparentalité est un bouleversement pour le parent qui se retrouve désormais seul à la tête de la famille. L’organisation du quotidien et la gestion du temps deviennent alors des activités centrales dans la reconfiguration familiale. A présent, c’est au parent en charge de la famille de gérer seul les différents temps qui composent sa vie de tous les jours (temps professionnel, familial, personnel…). Ces parents ne sont pas « seuls » dans leur quotidien, au sens où ils ne sont pas « isolés » pour la majorité d’entre eux. Ils peuvent recourir à des aides occasionnelles voire régulières selon les cas, de la part de leur entourage, qu’il s’agisse de la famille, d’amis, de voisins. Cette possibilité de faire appel autrui pour les relayer ou pour se reposer peut répondre à différentes attentes du parent monoparental : lui permettre de se soustraire à certaines charges familiales, de concilier plus aisément sa vie familiale et sa carrière professionnelle, mais également de créer et/ou conserver du temps personnel. Cette question du temps personnel du monop arent sera l’objet de cette communication, qui reposera sur des entretiens (38) semi-directifs menés auprès de pères (8) et de mères (30) monoparentaux. A partir des entretiens réalisés, l’enjeu principal pour ces parents monoparentaux semble avant tout d’être « présents » pour leur(s) enfant(s) et de « faire famille » (Giraud, Singly, 2012). Autrement dit, leur investissement identitaire se concentre sur le fait d’être parent. Cependant, la monoparentalité n’est pas une mono-identité. Les monoparents aspirent à obtenir un temps exclusivement « à soi » et « pour soi ». Or, la charge familiale et professionnelle offre peu d’opportunités pour disposer de ce type de temps qui apparaît pourtant nécessaire à l’équilibre personnel des monoparents selon les entretiens. Lors de la communication, j’aborderai les modalités de création et d’obtention de ce temps personnel, par les monoparents, à travers leurs négociations relationnelles. Nous verrons que le type de relation (familiale, amicale, voire le voisinage) joue sur les objets de la négociation (garde, aide, accompagnement), ainsi que les façons dont elle se déroule. Egalement, la construction d’un temps personnel peut impliquer une dimension spatiale. Le domicile familial peut ne pas répondre aux exigences des monoparents pour (re)créer des temps personnels. La configuration de l’espace, son exiguïté et surtout la vie en studio à plusieurs engendre de fortes contraintes pour l’intimité par la promiscuité qu’elle impose, et donc pour le temps personnel qui nécessite parfois une certaine séparation ou distance physique avec autrui. Certains monoparents choisissent alors d’investir des espaces singuliers, comme la salle de bain, pour tenter de (re)construire un temps personnel. Toutefois, cet investissement spatial doit aussi prendre en compte une dimension temporelle. Le coucher de l’enfant est alors vécu comme une « détente » parentale, une autre vie qui commence à travers l’arrêt des sollicitations de l’enfant. L’analyse de ces trois dimensions (relationnelle, spatiale et temporelle) sera au cœur de la communication proposée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *