Atelier 1

Atelier 1 – Quand la profession s’impose aux temps de vie

 Jeudi 2 octobre, 10h45-12h15 

 Taïs Viudes de Frietas (Université de Campinas-UNICAMP, Brésil; GTM Paris 10) – L’activité de la caissière d’hypermarché au Brésil : le temps de travail et ses effets sur la vie quotidienne et familiale

Depuis les années 1990, au Brésil, un certain nombre de changements dans la législation du travail ont conduit à la flexibilité. Les entreprises peuvent faire des ajustements dans la fonction, le contrat, la rémunération et la journée de travail. Quant au temps de travail, elles ont une plus grande liberté pour le réduire, l’étendre et changer les horaires de travail des employé-e-s. Ces pratiques sont vérifies dans la grande distribution, où les entreprises font usage d’une variété des plannings, du système des heures supplémentaires, du travail pendant la nuit, les samedis et dimanches, les jours fériés, etc. Il y a un nombre important des entreprises qui fonctionnent 24 heures par jour et sept jours par semaine. La journée de travail est très élevée en raison de ce type d’organisation. Dans ce contexte, les travailleur-e-s sont soumis-e-s à l’imposition d’une plus grande flexibilité et disponibilité à l’entreprise. Les jours, horaires et durées du temps de travail deviennent imprévisibles et incertaines. Aux travailleur-e-s, la possibilité de contrôler et de négocier leurs temps de travail est faible : il faut constamment s’adapter à ces changements. Le manque de contrôle du temps de travail est une source de mal-être entre les travailleur-e-s. Cette flexibilité imposée par l’entreprise, au lieu de faciliter, rend difficile l’organisation de la vie quotidienne. Ça touche particulièrement les travailleuses, car, au Brésil, comme ailleurs, le travail domestique et de care incombe surtout aux femmes. La perception de « être absence » en rapport à la vie familiale est source de souffrance parmi les travailleuses. L’articulation des temps de travail et familial est un défi et les femmes sont confrontées à la nécessité d’adopter des stratégies pour ajuster les diférents temps sociaux. Le réseau familial, surtout composé pour femmes, joue un rôle décisif. Mais, à son tour, cela exige aussi de la flexibilité des femmes qui participent à ce réseau, formant une chaîne touchée par ce type d’organisation du travail. Cet article a pour but analyser les effets de la flexibilité du temps de travail sur l’organisation de la vie quotidienne des travailleuses et enquêter sur les stratégies pour articuler les sphères professionnelle et familiale dans ce contexte-là. L’enquête se concentre sur l’activité dans la grande distribution, en particulier des caissières d’hypermarché, à São Paulo, au Brésil. Cette activité est majoritairement féminine et la flexibilité du temps de travail est présent. Les résultats font partie de la recherche de doctorat développée, depuis 2011, au Programme de Doctorat en Sociologie de l’Université de Campinas (UNICAMP) au Brésil. Il s’agit d’une enquête qualitative réalisée par moyen des entretiens avec travailleur-e-s de ce secteur.

Jérémy Sinigaglia; Sabrina Sinigaglia-Amadio (SAGE Strasbourg ) – Tempo de la vie d’artiste : une double négociation intra/extra-professionnelle

Les activités artistiques sont caractérisées par un « cadre temporel » (Grossin, 1966) complexe : pas d’horaires fixes soumis à un contrôle extérieur, combinaison de temps imposés et choisis, structurés/normés et astructurés/flous, imbrication de la vie professionnelle, de la vie familiale et des sociabilités amicales, etc. De cela, découle une concurrence des temps dont l’articulation est soumise à une double négociation : d’abord au sein même de l’espace professionnel, ensuite au sein du couple et de la famille. L’hypothèse générale de cette communication est qu’il existe un lien (on parlera d’homologie structurale ; Bourdieu, 1979) entre ordre temporel et ordre social. Cela signifie, d’une part, que l’on peut classer les individus selon les configurations temporelles, c’est-à-dire le temps qu’ils accordent aux différentes tâches qui composent leur métier et plus encore à leur capacité à agencer leurs temps de travail ; et d’autre part, que cette capacité dépend fortement de la position occupée dans l’espace professionnel (et des ressources qui y sont associées, permettant par exemple de déléguer tout ou partie du « sale boulot ») et dans l’espace domestique (dans lequel le genre joue toujours un rôle déterminant). Dans une première partie, nous présenterons les différentes configurations temporelles du travail artistique, en montrant de quelle manière les artistes parviennent à accorder un temps important aux activités cardinales de création et de diffusion artistiques ou au contraire se voient cantonnés aux activités annexes, à l’intérieur voire à l’extérieur du champ artistique (avec tout l’éventail des situations intermédiaires). Nous insisterons sur les ressources efficientes à l’intérieur de l’espace professionnel et sur leur rôle dans le poids et l’articulation des différents temps de travail, mais aussi sur les stratégies de rationalisation du temps mises en œuvre par les artistes (issues notamment des méthodes managériales), à partir desquelles chacun essaye de composer avec ses propres ressources et donc de négocier (y compris au sein de collectifs) la composition de son temps de travail. Dans une deuxième partie, nous explorerons l’articulation entre les temps de travail et les temps domestiques et familiaux. Au-delà de la question de la concurrence entre les activités professionnelles et les activités domestiques (dont les femmes, dans le milieu artistique comme ailleurs, assurent toujours la part principale), il s’agira de mettre en évidence les négociations entre conjoints concernant les rythmes de travail. Dans cette négociation, plus ou moins conflictuelle, le cadre temporel flexible des activités artistiques est un argument de poids, particulièrement lorsque l’un des conjoints n’est pas artiste et que les problèmes de « désynchronisation des emplois du temps » (Lesnard, 2009) sont les plus forts : l’artiste est ainsi souvent celui qui « peut » (donc « doit ») se rendre disponible pour les enfants en cas d’imprévu (enfant malade, grève des enseignants, etc.), caler son rythme de travail sur le rythme familial (heures de repas, prises de congés, etc.), quitte à reléguer ce temps de travail hors des bornes habituelles (le week-end, en soirée voire la nuit). L’analyse repose sur un important travail empirique (soutenu par le DEPS/Ministère de la culture), réalisé en 2013-2014 auprès d’artistes plasticiens et musiciens. L’enquête a d’abord reposé sur un questionnaire (N= 1100 ; plus de 200 questions) diffusé électroniquement, visant à saisir les propriétés sociales et professionnelles des artistes ainsi que la temporalité de leurs pratiques. Une vingtaine d’entretiens a ensuite été réalisée avec des artistes sélectionnés parmi les répondants au questionnaire, afin de nourrir l’objectivation qualitative de l’organisation du temps. Enfin, l’enquête repose sur l’exploitation d’une vingtaine de carnets d’emploi du temps, qui ont consisté en l’enregistrement exhaustif de plusieurs semaines de travail (activités professionnelles et extra-professionnelles) et ont permis de mettre en évidence les temps invisibles du travail artistique et de montrer la concurrence des temps.

 Clémentine Comer (CRAPE, Université de Rennes) – La ferme, la maison, les enfants et le syndicat : l’ordre genré de la négociation des temps de vie en agriculture »

Poser la question de la négociation des temps sociaux en agriculture nécessite de prendre en compte la construction d’une profession inséparable du mode de production domestique. Notre communication se propose de poser à nouveaux frais la question gratuité du travail domestique élargi à l’exploitation la lumière de l’éclatement de l’idéal-type de l’exploitation familiale, des identités professionnelles et des appartenances politiques en agriculture. Nous envisagerons pour cela de croiser deux niveaux de réflexion. Un premier centré sur le niveau organisationnel nous permettra d’étudier la mise à l’agenda de l’égalité professionnelle au sein des organisations agricoles et ses conséquences en termes de formulation de mesures incitatives en matière d’articulation des temps de vie à destination des agricultrices. Nous analyserons comment se transmettent et se cultivent au sein des « commissions agricultrices » notamment, certains registres de valorisation des parcours professionnels et militants féminins conformes à des modèles d’excellence détachés de la sphère conjugalo-familiale. Pour cela, nous effectuerons un détour par les profils socio-économiques des agricultrices porteuses de ce nouveau mode de légitimation professionnel, incitant à la séparation plus nette entre sphères de vie. Un second axé sur le niveau micro permettra d’identifier la plus ou moins forte perméabilité des agricultrices à ces nouvelles trames de négociation en fonction de leurs trajectoires sociales4. Malgré des stratégies privées de négociation qui demeurent largement ancrées au niveau conjugal et familial et qui se découplent sous l’effet de l’introduction d’activité de services dans les exploitations agricoles, des signes de fragilisation de la domestication du métier d’agricultrice se dessinent et sont impulsés par l’élargissement du recrutement des exploitantes, leur insertion grandissante dans les organisations agricoles ainsi que par les recompositions conjugales au sein desquelles elles travaillent5. En ce sens, il s’agit de comprendre comment s’opère la relation conjointe entre engagement, mutation identitaire et transformation des pratiques professionnelles. Mener de front une analyse centrée sur l’articulation des temps travaillés, en portant une attention particulière à la division sexuée du travail domestique et professionnel et à ses effets sur les temporalités dans leurs dimensions qualitatives6, et une étude des aspects socio-politiques de la profession agricole, en repérant le travail discursif et les procédures concrètes par lesquelles les agricultrices reconfigurent les modalités d’exercice de leur métier, nous permet de saisir les apports réciproques d’une sociologie du quotidien, des profession, du genre et de l’engagement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *