La division sexuée du travail dans les couples selon le statut marital en France – une étude à partir des enquêtes Emploi du temps de 1985-1986, 1998-1999 et 2009-2010, Sciences Po Working paper, n° 3, février 2017

Le dernier numéro du Sciences Po Working Paper est en ligne sur le site de l’OFCE de Sciences po.

La division sexuée du travail dans les couples selon le statut marital en France – une étude à partir des enquêtes Emploi du temps de 1985-1986, 1998-1999  et 2009-2010

n° 3  ■  février 2017

L’objet de cet article est d’analyser le partage des tâches domestiques dans les couples selon leur statut marital, et son évolution depuis les années 1980 à partir de trois enquêtes emploi du temps de l’Insee (1985-86, 1998-99 et 2009-10). La méthode des MCO est complétée par la méthode d’appariement qui permet de tenir compte de l’auto-sélection des couples au regard de leurs caractéristiques observables dans les différentes formes d’union (mariage, union libre et pacs pour l’année 2009-10).  En 1985-86 ainsi qu’en 1998-99, le degré de division sexuée du travail était plus important dans les couples mariés que dans les couples vivant en union libre. Pour l’année 1985-86, cet écart s’explique par les différences de caractéristiques des couples vivant en union libre. En revanche, à la fin des années 1990, les couples en union libre optaient pour une organisation moins inégalitaire que celle des couples mariés toutes choses égales par ailleurs. Pour l’année 2009-10, en moyenne la part de travail domestique réalisée par les femmes est sensiblement la même qu’elles vivent en union libre ou qu’elles soient mariées (respectivement 72% et 73,5%), mais elle est significativement plus faible pour les femmes pacsées (65,1%). Ces écarts ne sont pas dus aux différences de caractéristiques observables des couples selon le type d’union. L’article montre qu’une auto-sélection des couples qui s’opèrerait sur les valeurs expliquerait cet écart : en 2009-10, le pacs attirerait les couples les plus « égalitaires », qui, avant l’introduction de l’union civile, optaient pour l’union libre.

Lire le texte intégral