Travail et maternité dans l’aire méditerranéenne, Aix-en-Provence, janvier 2015

Travail et maternité dans l’aire méditerranéenne

L’association DEMETER-CORE organise un nouveau colloque international, ouvert aux chercheurs scientifiques de toutes disciplines ainsi qu’aux associations et acteurs de terrain.

Comité d’organisation :

–  Body Catherine . Directrice du CIDFF PHOCEEN.
– Couraud Geneviève, Présidente de l’Observatoire des Droits des femmes (Conseil général des Bouches-du-Rhône). Présidente de l’ECVF (Elu.e.s Contre les Violences faites aux Femmes)
– Fouchier Esther, Fondatrice de FORUM-FEMMES-MEDITERRANEE. Secrétaire de la Fondation des femmes de l’EUROMEDITERRANEE.
– Lecuyer Nolwenn, Maîtresse de conférences en archéologie. Chargée de mission Egalité hommes-femmes . Aix-Marseille- Université
– Lenfant Gaelle, vice-présidente du conseil régional
– Poutrain Véronique, Sociologue . GeFem. TELEMME. MMSH.
– Rastit Françoise
– Vassas Isabelle. Juriste. Militante associative

Argumentaire

Selon les économistes de l’ère industrielle le ” travail” est “productif” (producteur de valeur marchande), il se vend et s’achète sur le marché, relève de la sphère publique, et appartient essentiellement aux hommes. Les activités liées à la reproduction (mise au monde et première éducation des enfants) n’entrent pas dans la catégorie “travail” parce qu’elles ne se vendent pas et n’auraient donc pas de “valeur” ; relevant de la sphère privée, elles sont confiées aux femmes, mères et futures mères, sous le contrôle des pères. Cette distinction a été remise en question depuis les années 1970, à mesure que s’installait la société “postindustrielle”. D’une part l’essor économique des “Trente glorieuses” a stimulé le développement du “travail productif”, à tel point qu’il est devenu le grand organisateur des sociétés contemporaines : il tend à annexer “le travail reproductif” en le professionnalisant. D’autre part les femmes, mères comprises, sont sorties de la sphère privée pour entrer massivement sur le marché du “travail”, où elles exercent des activités rémunérées, sans renoncer pour autant à enfanter.

Continuer la lecture de Travail et maternité dans l’aire méditerranéenne, Aix-en-Provence, janvier 2015

SociologieS, « Le genre à l’épreuve de l’incertain »

La revue de l’AISLF, SociologieS, lance un appel à contribution d’article pour un Dossier sur « Le genre à l’épreuve de l’incertain ».

Date limite d’envoi des propositions d’article : 30 juin 2014

Que devient le genre dans un contexte d’incertitude ? Dans la continuité thématique du congrès « Penser l’incertain » de l’AISLF, à Rabat en juillet 2012, le présent appel à contributions vise à explorer quelques-unes des manifestations contemporaines de l’incertain, au regard des rapports sociaux de sexe ou de genre, dans différents contextes sociaux (travail, famille, école, espace public, partis politiques, etc.).

Continuer la lecture de SociologieS, « Le genre à l’épreuve de l’incertain »

Interventions économiques, « Conciliation travail-famille : vers un renouveau du régime temporel ? »

La revue Interventions économiques lance un appel à contribution d’article pour un numéro spécial coordonné par Fabienne Berton, Bernard Fusulier et Chantal Nicole-Drancourt sur le thème « Conciliation travail-famille : vers un renouveau du régime temporel ? »

Date limite d’envoi des articles : 30 juin 2014

Site de la revue Intervention économiques

Le régime temporel qui est toujours de référence renvoie au compromis fordiste de la société salariale qui articule un modèle d’organisation productif à un modèle d’organisation reproductif, le tout coiffé d’un système de protection sociale qui en soutient la cohérence. La société salariale s’organise ainsi autour d’un certain nombre de fondements institutionnels spécifiques :

1. une « convention de genre » : ce qui se produit et crée de la valeur dans la sphère productive et reproductive repose sur une division sexuelle et inégalitaire des producteurs : aux hommes le travail « dit » productif et rémunéré dans la sphère marchande et aux femmes le travail « dit » non productif et non rémunéré dans la sphère privée ;

2. une « convention d’âge » : elle délimite une série d’étapes de vie autour d’un « schéma ternaire » qui renvoie à trois grands « âges de la vie » (la jeunesse, l’âge adulte, la vieillesse) et y associe des engagements légitimes : les jeunes sont renvoyés prioritairement à l’éducation, les adultes à la production marchande ou non marchande selon le sexe, et les vieux prioritairement au repos ;

Continuer la lecture de Interventions économiques, « Conciliation travail-famille : vers un renouveau du régime temporel ? »