Appel à communications

PROLONGATION DATE REMISE DES PROPOSITIONS DE COMMUNICATION : 2 février 2015

La conciliation des temps sociaux à l’épreuve de la crise: impasses de la naturalisation et opportunités vers la fabrique d’un monde plus juste.

« La crise n’a pas dit son dernier mot. Si la première phase a été marquée par l’effondrement de certains marchés (comme l’industrie ou le bâtiment) où la main-d’oeuvre essentiellement masculine a connu un chômage brutal et massif, la seconde phase est caractérisée par des plans d’austérité et des coupes massives dans les dépenses publiques qui, cette fois, auront des répercussions sur les femmes car les réductions d’effectifs atteindront alors les emplois des secteurs dans lesquels elles sont très présentes (comme le public et le social) et elles paieront forcément le prix des baisses de subventions ».
Depuis la diffusion du rapport européen sur  » les femmes et la crise économique et financière » en 2010, cette seconde phase de la crise, qui atteint plus particulièrement les conditions de travail et de vie des femmes, a donné lieu à nombre d’analyses, de journées d’étude, de colloques et de numéros spéciaux de revues partout dans le monde. En France, conformément aux questions privilégiées dès lors qu’on traite des femmes, du genre et des principes d’égalité, les productions scientifiques ont surtout ciblé l’impact des crises successives sur le travail des femmes, les conditions d’emploi de la main-d’oeuvre féminine et le développement de la pauvreté des mères chefs de famille. En revanche les productions concernant les effets de la crise sur l’équilibre fragile des temps sociaux et/ou sur les difficultés accrues de la conciliation vie familiale-vie professionnelle restent éparses et peu discutées jusqu’ici, notamment en France.

Le réseau ARTS, dont la base problématique passe par l’affirmation d’un détour nécessaire par le hors travail, la combinaison des temps sociaux et la relation Travail/Famille pour saisir les conditions de travail des hommes et des femmes, propose donc de se pencher sur cet espace de réflexion en consacrant ses sessions du congrès 2015 de l’AFS au thème suivant: « la conciliation des temps sociaux à l’épreuve de la crise : impasses et opportunités ». En ligne avec la problématique générale de ce congrès, il sera aussi question d’aborder ce thème à la lumière du basculement des frontières du binôme « nature et culture » tant au niveau des pratiques des acteurs que des notions des chercheurs qui les étudient.

Argumentaire

Ce titre générique de l’appel à communication porte une hypothèse de départ, celle que la crise actuelle est plus proche du seuil de rupture que les précédentes  et qu’à ce titre, elle est plus que jamais porteuse d’impacts pénalisants et habilitants.

Impacts pénalisants pourquoi ? Depuis quelques années, les grands organismes inter, supra et intra nationaux soulignent tous dans leurs rapports l’idée que si la crise est sévère pour tous elle est tout particulièrement préoccupante pour les récents acquis sociaux des femmes. En France, ces travaux font ainsi état des conséquences de la double crise économique et financière sur l’ensemble des modes de régulation mais en insistant sur l’accroissement des inégalités de genre et sur la dégradation constantes des conditions de vie des femmes et sur celle des conditions de conciliation Travail/Famille qui se développent en conséquence. La partition sexuée des activités production/reproduction plombant déjà structurellement les trajectoires d’emploi féminines par l’intermittence récurrente, les femmes souffrent en effet davantage des plans anti-crise:
du coté des entreprises privées, la rigidification des mobilités sur le marché et la rareté des occasions après les transitions, durcissent les conditions d’emploi ou de réemploi des mères; par ailleurs les réductions d’horaires, l’offre de petits boulots ou de petits temps partiel sont souvent les seules occasions qui restent; enfin, globalement les réponses aux tensions passent par le durcissement des conditions d’embauche, le développement de la flexibilité des horaires, l’insécurité contractuelle qui nuisent à l’organisation et à la stabilité de la conciliation vie familiale et vie professionnelle et ruinent fragiles les arbitrages en faveur des trajectoires professionnelles des femmes ;
du coté des entreprises publiques et administration, la lutte contre la dette et les déficits budgétaires pousse à la diminution des dépenses sociales et à la baisse de l’offre de services en prix et en qualité : les budgets consacrés à l’accueil des enfants tendent à augmenter mais l’heure est plus à l’optimisation des structures standards qu’à l’innovation qui permet de mieux ajuster l’offre à la demande. Ces orientions retardent voire excluent des investissements dont les parents en général ont grand besoin et les mères tout particulièrement : obligées d’assurer les services qui ne sont plus pris en charge par l’État ou la collectivité, elles ont vu leur temps de travail dans la sphère privée fortement s’allonger, souvent au détriment d’un travail rémunéré.

Impacts habilitants pourquoi ? Si tous les observatoires rendent compte des dangers des effets de la crise sur les conditions de vie et de travail des femmes et tout particulièrement des mères, il reste que tous insistent aussi sur un phénomène ‘habilitant’, issu des effets dérégulateurs de la crise à savoir, la reconnaissance de l’immense apport sociétal des femmes en termes de cohésion sociale. Les rapports Officiels se succèdent en effet pour souligner que la crise est sévère mais affichent tous aussi en toile de fond :
– une prise de conscience, celle du rôle de régulation des femmes qui en réduisant leur temps de travail ou en déstabilisant leur trajectoire d’emploi pour se consacrer à leur(s) enfant(s) ou leur(s) proche(s) dépendant(s) pallient aux carences et déséquilibres institutionnels. On déplore alors les retrouver trop souvent à présent soutiens de famille pour le meilleur (pallier le chômage du conjoint) ou pour le pire (sombrer seule dans la pauvreté) ;
– ceci impliquant cela, les instances supra et internationales ne cessent de prévenir « que les crises ne doivent pas servir d’excuse pour accroître les inégalités ou affaiblir les droits acquis par les femmes« . Il s’agit donc de créer « les conditions adéquates pour améliorer l’employabilité des femmes et augmenter leur participation au marché du travail, grâce à des soins et des services de garde d’enfants abordables, des régimes de congé parental et des conditions de travail flexibles volontaires, en particulier lorsque les femmes reviennent sur le marché du travail après une longue période d’inactivité en raison d’une naissance ou d’autres obligations familiales ». Dans cette perspective, l’Union Européenne affiche une volonté d’égalité réelle entre les femmes et les hommes à travers la mise en place de dispositifs intégrant une perspective du genre dans l’intégralité des programmes et des politiques des pouvoirs publics et à travers une forte injonction à la « mobilisation des acteurs ». Non seulement il est souhaité que les plans de relance nationaux tiennent compte de leur impact sur les femmes et mais aussi qu’ils deviennent des occasions de concevoir des mesures de type nouveau, orientées vers plus d’égalité entre hommes et femmes. Au chapitre de ces réformes, figurent en bonne place à la fois les mesures et les « bonnes pratiques » qui favorisent un nouvel équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Axes de questionnement

Si la crise économique actuelle tend à renforcer les tendances structurelles inégalitaires en portant des dynamiques porteuses de risques pour les femmes (aggravation de la dimension intermittente des trajectoires d’emploi féminines; alourdissement des responsabilités de soin et des activités domestiques et logistiques dans un contexte de maintien de partition très sexuée des activités; développement de la vulnérabilité économique voire de la pauvreté) ce moment historique engendre aussi une prise de conscience féministe et démocratique qui peut être une fenêtre d’opportunités sans précédent vers le changement.

Nous proposons donc de mettre cette hypothèse à l’épreuve des faits en convoquant les chercheurs à faire part de travaux de terrain et des analyses qu’ils en tirent.

Ainsi, qu’en est-il :

– du soutien à la mobilisation des acteurs et des acquis récents en la matière ? Le récent rapport Ballarin qui exhorte les acteurs collectifs territoriaux, les associations familiales, syndicales ou patronale et les citoyens à se retrouver autour de « 15 engagements en faveur de l’équilibre des temps » 8 repose t-il sur une réalité de terrain?

– des dispositifs dits de « type nouveau » comme les congés parentaux ou le projet de statut d’aidants en dehors des effets d’annonce et en regard des évolutions récentes des arrangements conjugaux et familiaux?

– de la reconnaissance du rôle des femmes (mais aussi des hommes) dans le lien et la cohésion sociale, du soutien à leur autonomie, de la promotion de l’employabilité des travailleuses en l’absence d’accompagnement de service de conciliation (et en particulier pour les femmes issues de minorités ethniques ou les mères isolées) ?

– des arbitrages et arrangements conjugaux/familiaux et/ou professionnels qui tentent de dépasser la contradiction structurellement présente (et conjoncturellement accentuée par la crise) entre travail et famille ?

– de la manière dont la naturalisation de la partition et de l’affectation sexuée des activités socialement utiles (au niveau des pratiques, au niveau des représentations, au niveau informel des négociations au quotidien, de la production et reproduction des temps sociaux et leur articulation) entre en contradiction avec l’aspiration au libre choix des hommes et des femmes ?

– des risques (ou des exemples) de retour en arrière (en termes d’interdépendances sexuées et générationnelles) que la crise est susceptible d’engendrer ?

– de la pérennité des budgets consacrés au renforcement du réseau public de garderies, de crèches, de services publics de loisirs pour les enfants et de foyers de jour et de résidence pour les personnes âgées permettant d’aider les parents à mieux concilier les nécessités familiales avec leur vie professionnelle ?

– des technologies de l’information et de communication qui reconfigurent les rapports au temps et à l’espace.
– etc.

Dans ce cadre, un axe de questionnement à explorer pourrait également porter sur la réflexion épistémologique au sujet des paradigmes mobilisés pour étudier ces éléments, notamment à travers des apports qui permettront de :

-traiter les questions de déconstruction des catégories d’analyse et de leurs frontières entre nature et culture ;

-investir de manière critique l’opposition (dé)naturalisation vs. (dé)culturation vis-à-vis des dynamiques de décomposition et recomposition des temps sociaux ;

-engager une discussion réflexive autour de la notion d’utilité d’une sociologie des temps sociaux en cette période de crise là où des tendances à la (re)naturalisation des temps sociaux et de leur articulation risquent de s’affirmer.

Vos propositions de communication

Nous attendons donc vos propositions.
Nous vous demandons de nous envoyer pour le 10 janvier 2015 un titre et un bref argumentaire sur la méthode, les objectifs et les résultats de recherche (max. 1 page)

Les propositions doivent être envoyées par courrier électronique simultanément à :
Bernard Fusulier: bernard.fusulier@uclouvain.be
Chantal Nicole-Drancourt : drancourtchantal@hotmail.com

Après évaluation, une réponse vous sera communiquée au cours du mois de mars. Les interventions sélectionnées seront inscrites ensuite dans les cinq sessions que le congrès affecte à chaque groupe thématique.

Le bureau du réseau ARTS…
…avec la collaboration des membres du comité d’organisation des sessions ARTS du congrès AFS 2015:
Pascal Barbier (Pascal.Barbier@univ-paris1.fr)
Myriam Chatot (myriam.chatot@sfr.fr)
Valéria Insarauto (valeria.insarauto@gmail.com)
Alexandra Piesen (alexandra.piesen@gmail.com)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *