Archives de catégorie : Publications

Les pères et la prise du congé parental ou de paternité, de Diane-Gabrielle Tremblay et Nadia Lazzari Dodeler, Presses de l’Université du Québec

Le congé de paternité vient d’être modifié en France, mais quels en seront les effets ? Le Québec étant à l’avant garde sur ce plan, avec les pays nordiques bien sûr, il dispose déjà depuis 2006 d’un congé de paternité pouvant aller jusqu’à 5 semaines et qui est réservé aux pères, non transférable à la mère. Par ailleurs,  les pères peuvent partager le congé parental d’un an avec la mère. Quels sont les effets observés sur l’engagement des pères, sur leur carrière, leur vie familiale ? Comment ont-ils vécu ce congé?

Ce livre s’intéresse à ces questions à partir d’entrevues avec des pères qui ont pris au moins 4 semaines seuls avec l’enfant.

Sortie en librairie au Québec le 4 février.

LES PÈRES ET LA PRISE DU CONGÉ PARENTAL OU DE PATERNITÉ

Une nouvelle réalité

2015l 150 pages

Presses de l’Université du Québec

Les pères et la prise du congé parental ou de paternité

Continuer la lecture de Les pères et la prise du congé parental ou de paternité, de Diane-Gabrielle Tremblay et Nadia Lazzari Dodeler, Presses de l’Université du Québec

TRAVAIL ET SOCIÉTÉ. Une introduction à la sociologie du travail, sous la direction de Diane-Gabrielle Tremblay et Marco Alberio, Presses de l’Université du Québec

Nous signalons ici la publication d’un nouveau manuel en sociologie du travail aux Presses de l’Université du Québec, dont la partie IV, intitulée “La division sexuelle du travail et le travail des femmes”, présente des contributions tout à fait intéressantes en matière de conciliation travail-famille.

TRAVAIL ET SOCIÉTÉ
Une introduction à la sociologie du travail

Sous la direction de Diane-Gabrielle Tremblay et Marco Alberio

2014 l 480 pages

Presses de l’Université du Québec

Travail et société

Le travail recouvre une dimension sociale indéniable, des collectivités humaines se formant dans le contexte de l’activité de travail. Sur le plan microsociologique, c’est-à-dire à l’échelle des individus et des petites collectivités de travail, on peut s’intéresser à la division technique du travail, soit la répartition des activités en de multiples tâches à l’intérieur d’une entreprise donnée. Sur le plan macrosociologique, c’est-à-dire à l’échelle de la société comprise dans son ensemble, on peut plutôt traiter de la division sociale du travail, soit la répartition des activités de travail entre les divers secteurs d’activité, entre les différents métiers et professions, entre les différentes classes sociales ou entre les sexes.

Continuer la lecture de TRAVAIL ET SOCIÉTÉ. Une introduction à la sociologie du travail, sous la direction de Diane-Gabrielle Tremblay et Marco Alberio, Presses de l’Université du Québec

Activation de la protection sociale : un droit à revenu universel de type nouveau ?, Mouvements 1/ 2013 (n° 73), p. 122-129

Auteur(s) : Chantal Nicole-Drancourt, Cnrs (UMR 5262) Laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique (Lise), CNAM Paris

Nicole-Drancourt Chantal, « Activation de la protection sociale : un droit à revenu universel de type nouveau ? »,Mouvements 1/ 2013 (n° 73), p. 122-129

URL : www.cairn.info/revue-mouvements-2013-1-page-122.htm

Résumé :

La peur du paupérisme réactualise la question de la mise en place d’un revenu universel et alimente une critique sévère des dispositifs dits « activés » de la protection sociale. Ces dispositifs sont pourtant très innovants car ils permettent d’articuler emploi et protection sociale.
Quelle est la place du revenu universel dans le paysage de ces dispositifs de protection ? Comment relier ce projet aux défis de reconnaissance des autres activités sociales ?

Continuer la lecture de Activation de la protection sociale : un droit à revenu universel de type nouveau ?, Mouvements 1/ 2013 (n° 73), p. 122-129

Appartenances professionnelles et vie familiale : une entrée analytique particulière, in Enfances, familles, générations, no. 18, p. 1-16

Auteur(s) : Bernard Fusilier, Université catholique de Louvain, et Diane-Gabrielle Tremblay, Téluq

Bernard Fusulier et Diane-Gabrielle Tremblay, Appartenances professionnelles et vie familiale : une entrée analytique particulière, Enfances, Familles, Générations, Numéro 18, hiver 2013, p. 1-16

Présentation du numéro thématique “Articulation travail/famille: une entrée par les groupes professionnels” de la Revue Enfances, familles, générations, Vol. 18, no. 18, p. 1-158

Résumé :

De nombreuses études montrent que la relation travail-famille varie en fonction des sociétés ; qu’elle se décline de façon différente selon le genre et les situations personnelles; qu’elle est tributaire des caractéristiques et attitudes des entreprises et organisations … Cependant, une autre dimension qui pèse sur cette articulation est encore peu étudiée : l’appartenance à un groupe professionnel ou à une profession. Cette appartenance exprime l’existence d’une entité sociale qui possède certaines caractéristiques propres et qui n’est potentiellement pas sans influence sur la façon dont prend sens et forme l’articulation de la vie professionnelle avec la vie familiale. Dans cet article introductif, nous exposons tout d’abord l’intérêt et la spécificité de cette entrée analytique. Nous soulignons ensuite les lignes de force des articles contenus dans le présent numéro qui traite d’une diversité de groupes professionnels : les enseignants, les travailleurs sociaux, les conductrices de train, les médecins, les infirmières et les policiers.

Continuer la lecture de Appartenances professionnelles et vie familiale : une entrée analytique particulière, in Enfances, familles, générations, no. 18, p. 1-16

Jeunes chercheurs face aux exigences de disponibilité temporelle, in Temporalités : Revue de sciences humaines et sociales, Vol. 18

Auteur(s) : Maria Del Rio Carral et Bernard Fusulier, Université catholique de Louvain

María del Río Carral et Bernard Fusulier, « Jeunes chercheurs face aux exigences de disponibilité temporelle  », Temporalités [En ligne], 18 | 2013, mis en ligne le 19 décembre 2013

Résumé :

L’Université, définie comme « institution gourmande », valorise la figure symbolique du chercheur entièrement investi dans son travail, supposant un rapport quasi exclusif de l’individu au métier. Cet investissement est d’autant plus réclamé que le chercheur est soumis à l’injonction de produire beaucoup et vite en même temps que de faire preuve d’une mobilité internationale dans un contexte de forte concurrence pour des postes définitifs proportionnellement rares. Étudiant les chargés de recherche recrutés sur des mandats à durée déterminée du Fonds National de la Recherche Scientifique (FNRS) en Belgique, les auteurs montrent l’importance d’adopter une perspective relationnelle de la carrière scientifique qui prenne en considération son interférence avec la vie privée. Trois logiques spatio-temporelles sont dégagées : une logique d’intégration, une logique de conciliation et une logique du conflit. Ces logiques sont associées aux situations de vie des chercheurs (être célibataire, en couple, avoir ou non des enfants…) et posent la question du genre.

Continuer la lecture de Jeunes chercheurs face aux exigences de disponibilité temporelle, in Temporalités : Revue de sciences humaines et sociales, Vol. 18