Les aides financières à la garde des enfants favorisent-elles l’activité féminine ? L’exemple de la création de la Paje

INSEE Analyses n°18, juillet 2014

Le 18ème numéro de « Insee Analyses » est consacré aux effets des aides financières à la garde des enfants sur l’activité des femmes. Pauline Givord et Claire Marbot s’attachent à l’étude de la Prestation d’Accueil du Jeune Enfant (PAJE) et à sa capacité à favoriser une augmentation du taux d’activité des femmes. Si l’introduction de la PAJE a contribué à une hausse importante des aides à la garde des enfants, ses effets dans les termes d’une augmentation du taux d’activité des femmes dont le plus jeune enfant est âgé de deux ans sont différents selon la taille de la famille.

 

Les aides financières à la garde des enfants favorisent-elles l’activité féminine ? L’exemple de la création de la Paje

Pauline Givord (Insee, Division des méthodes appliquées de l’économétrie et de l’évaluation) et Claire Marbot (Insee, Division redistribution et politiques sociales)

La présence de jeunes enfants a un effet important sur l’activité féminine. Les mères conservent très majoritairement une activité professionnelle après la naissance de leur premier enfant, mais les arrêts d’activité sont plus fréquents après le deuxième et surtout le troisième enfant. Ces arrêts d’activité peuvent refléter des choix personnels mais aussi des contraintes liées à la disponibilité et au coût des modes de garde. Or le coût net pour les familles de la garde d’enfants a nettement diminué en 2004, avec la création de la prestation d’accueil du jeune enfant (Paje). Celle-ci s’est traduite par une hausse importante des aides à la garde des enfants et une extension des droits à une allocation de base pour les parents de jeunes enfants. Sa mise en place a été progressive, ce qui a créé des écarts temporaires de droits à prestations selon l’année de naissance des enfants. Ces écarts permettent ainsi d’isoler l’impact du coût de la garde des enfants des autres facteurs influant sur l’activité des mères de jeunes enfants et le choix de recourir à une garde payante.

L’introduction de la Paje se serait traduite en moyenne par une augmentation de 1,1 point du taux d’activité des femmes dont le plus jeune enfant est âgé de deux ans. Les effets sont différents selon la taille de la famille. La mise en place de la Paje n’a pas eu d’effet sur le taux d’activité des mères après la naissance de leur premier enfant, mais elle a permis à certaines d’entre elles de ne pas réduire leur volume d’activité. Elle a accru le taux d’activité des mères de deux enfants ou plus de 1,6 point de pourcentage ; cette augmentation d’activité se traduit plutôt par des reprises d’emploi à temps partiel ou sur une partie de l’année seulement.

L’augmentation des allocations paraît avoir incité certaines familles à substituer un mode de garde payant à un mode de garde informel. L’effet de la mise en place de la Paje a en effet été plus élevé sur le recours à une garde payante déclarée que sur l’activité professionnelle des mères de jeunes enfants : + 1,8 point contre + 1,1 point.

Pour continuer la lecture  cliquez ici INSEE Analyses n18 – juillet 2014 – paje et activités des femmes ou ici http://www.insee.fr/fr/ffc/iana/ia18/ia18.pdf

Crédit photographique de l’image à la une : Insee Analyses


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search